Les secteurs

Distribution : le groupe Casino mise plus que jamais sur l'international et la proximité

03.03.2011, source : Les Echos.fr

imprimer

Le distributeur a profité en 2010 du dynamisme de ses marchés de croissance en Amérique latine et en Asie, et du déploiement de ses formats de proximité en France. Il s'engage à accroître d'au moins 10 % par an son chiffre d'affaires de 2011 à 2013.


Sous la férule de Jean-Charles Naouri, son PDG, le groupe Casino va accélérer sa transformation entamée depuis une demi-décennie. Lors de la présentation de ses résultats 2010, mardi 1er mars à Paris, l'apôtre du « commerce de précision » a clairement affirmé deux axes stratégiques : continuer à creuser le sillon de la proximité en France et poursuivre la croissance dans les pays émergents où l'entreprise est implantée (Brésil, Colombie, Thaïlande, Vietnam). La part du chiffre d'affaires réalisée à l'international était de 34 % en 2009. Elle est passée à 38 % en 2010 et devrait atteindre les 45 % en 2011, grâce à la croissance organique mais aussi à l'intégration dans les comptes, pour une année pleine, de Casas Bahia, le « Darty brésilien », et des hypermarchés Carrefour thaïlandais. « On sera très vite à 50-50 », estime Jean-Charles Naouri.


De fait, il table « sur une croissance de l'activité de 10 % par an, au moins, pendant trois ans » dans une proportion non équivoque : « environ 15 % par an dans les pays dits "émergents" et 5 % en France ». En 2010, déjà, le chiffre d'affaires a gagné 8,7 %, à 29,07 milliards d'euros, avec une croissance organique de 10,8 % à l'international (22,3 % avec effets de change). En France, si Cdiscount, le site marchand, a progressé de près de 15 % sur l'ensemble de l'année, les magasins « en dur » ne doivent leur salut qu'aux concepts les plus aboutis de la branche proximité. Franprix et Monoprix (dont Casino détient 50 % ) ont vu leurs ventes à magasins comparables croître respectivement de 0,7 % et 2,5 %. Les deux enseignes ont par ailleurs connu une forte expansion avec 100 nouveaux points de vente pour Franprix et 27 pour Monoprix, ce qui a dopé le chiffre d'affaires.


La dette diminue

Les supérettes, réseau en cours de rénovation, sont à - 0,8 %, et les supermarchés Casino à peine stables. Quant à Leader Price, la relance par la baisse des prix et l'injection de quelques marques nationales n'a porté ses fruits qu'aux troisième et quatrième trimestres avec des croissances de 1,1 % et 5,6 %. Les hypermarchés Géant ont, eux, seulement stabilisé leurs ventes alimentaires, grâce à un investissement dans les prix. Les chiffres des rayons non alimentaires ont été qualifiés de « médiocres » par le PDG. Logiquement, la marge a baissé en France (passant de 4,5 % à 4,3 %) et augmenté à l'international (de 4,5 % à 4,8 %), pour un résultat opérationnel courant de 1,3 milliard (+ 7,5 %), porté par l'international, et un résultat net part du groupe en hausse de 3 %, à 559 millions. La dette, elle, diminue, à 3,84 milliards.


Dans le détail des opérations prévues en 2011, on note la monétisation de l'audience de Cdiscount avec une régie publicitaire et l'ouverture d'une place de marché, l'accroissement de la surface des galeries marchandes en France, la possible cotation des galeries thaïlandaises et la hausse de la marge de Leader Price et Franprix, grâce à une réduction des coûts - les négociations du groupe avec les fournisseurs s'étant achevées le 28 février, en France, par une hausse moyenne des prix « comprise entre 1 % et 2 % ».


Philippe BERTRAND, Les Echos, 02/03/2011

Dernières actualités