Les secteurs

Distribution : l'allemand Metro gonfle ses ventes en baissant les prix

06.08.2012, source : Les Echos.fr

imprimer

Le groupe allemand de distribution a amélioré son chiffre d’affaires mais sa rentabilité reste à la peine. La Bourse a néanmoins salué le maintien de l’objectif annuel.

L’offensive sur les prix et l’évolution de son offre et des services dans les magasins engagées par le géant allemand de la distribution Metro commence à être payante. Du moins au regard du chiffre d’affaires, qui s’est amélioré de 1,8 % sur le trimestre écoulé par rapport à l’an dernier, pour atteindre 15,8 milliards d’euros.

Metro gagne à nouveau des parts de marché, mais le paie cher. Les dépenses liées à sa stratégie commerciale ainsi que des éléments non récurrents ont fait plonger le résultat d’exploitation (Ebit) à 70 millions d’euros entre avril et juin, contre 267 millions l’année passée. Le groupe a néanmoins confirmé ses objectifs annuels, à savoir une hausse du chiffre d’affaires - d’une ampleur non précisée - et un Ebit avant éléments exceptionnels à peu près stable par rapport à l’an dernier, où il avait atteint 2,37 milliards d’euros.


Un titre en hausse à la Bourse

Autant dire que le chemin reste long à parcourir, l’Ebit cumulé à mi-parcours s’élevant à 452 millions d’euros. Il a notamment pâti des pertes creusées de l’enseigne d’électronique grand public Media Saturn. Mais la règle veut qu’une grande partie du résultat du groupe soit liée aux ventes de Noël. De plus, « Metro peut compter sur la seconde moitié de l’année pour profiter des mesures de réductions des coûts engagées dernièrement », estime Sebastian Frericks, analyste à la banque Metzler. En mai, le groupe avait annoncé la cession de ses 30 magasins de gros Makro au Royaume-Uni, en déficit constant. Par ailleurs, des réductions de postes pour 900 personnes dans le monde ont principalement concerné la division de cash & carry, vache à lait du groupe.

En Bourse, l’annonce sur le maintien des objectifs a agréablement surpris et éclipsé celle d’une perte nette trimestrielle de 20 millions d’euros, moins forte que prévu. L’action a terminé en hausse de 3 %. Maigre consolation pour les investisseurs, le titre s’affichant en baisse de 41 % sur un an.


Jean-Philippe LACOUR, Les Echos, 01/08/2012

Dernières actualités