Les secteurs

Distribution : Intermarché veut faire du bio un produit du quotidien

25.11.2012, source : Les Echos.fr

imprimer

Le réseau de distribution indépendant Intermarché veut passer de 200 à près de 300 millions d’euros de chiffre d’affaires dans le bio.

« Bio, on l’aime au quotidien. » Ce slogan résume les ambitions d’Intermarché en matière de produits biologiques. Le réseau indépendant aux 1.700 magasins en France a dévoilé hier ses nouvelles ambitions pour ce qui constitue encore aujourd’hui une niche représentant 209 millions d’euros de chiffre d’affaires sur des ventes totales (hors carburant) égales à 19 milliards d’euros... Rappelons que selon l’institut SymphonyIRI, le bio ne pèse que 2,1 % du chiffre d’affaires alimentaire des hypers et supermarchés français. Pour Intermarché, l’objectif est de gagner 70 millions dans les trois ans.

Une meilleure présentation

« En période de crise, résume Anne Saintemarie, adhérente à la direction marketing internationale, un marché qui a été multiplié par 4 en dix ans, qui a crû de 12 % en 2011, est intéressant à travailler. Même si la crise conduit à un ralentissement de la croissance. » Pour cette jeune docteur en biochimie qui exploite 5 magasins au Portugal avec son mari, comme pour Stéphane Houssin, adhérent en charge des supermarchés de l’enseigne, la croissance du bio chez Intermarché passe par un élargissement de l’offre, mais aussi par une meilleure présentation en magasin. La nouvelle stratégie imaginée s’appuie d’abord sur les marques propres, qui représentent déjà 50 % du marché. La « MDD » est en effet le moyen de dépasser la barrière du prix, frein à la consommation. Le nombre de références va passer de 215 à 300, auxquels s’ajoutent 600 références de produits bio à marques nationales. « Le bio au quotidien, cela signifie proposer tous les produits alimentaires du quotidien en bio », précise Anne Saintemarie.

L’originalité de la démarche tient à la volonté de ne pas développer une gamme bio spécifique, mais des références bio dans les gammes de marques propres d’Intermarché (Pâturages, Chabrior, Jean Rozé, etc.) et d’implanter ces produits dans les rayons aux côtés des marques conventionnelles nationales. « L’idée est que le client se dise que pour un prix similaire ou moins élevé, il peut acheter un produit bio », explique Stéphane Houssin. En bref, Intermarché veut rendre visible le bio pour le rendre accessible. L’objectif est de fidéliser les gros consommateurs de bio, mais, surtout, de recruter de nouveaux clients. Intermarché détient 12,6 % de part de marché dans le bio. dans les magasins où la nouvelle présentation est testée, les ventes progressent de 20 %.

Philippe BERTRAND, Les Echos, 21/11/2012

Dernières actualités