Les secteurs

Distribution : Intermarché veut croître de 15 % dans les trois ans

20.09.2013, source : Les Echos.fr

imprimer

Intermarché, troisième distributeur en France derrière Carrefour et E.Leclerc, lance un nouveau plan stratégique.

Intermarché semble avoir emprunter le chemin d’une croissance durable. Depuis plus de deux ans, le groupement de magasins indépendants gagne des parts de marché et a réussi à consolider sa position de troisième distributeur alimentaire français derrière Carrefour et Leclerc. En 2012, son chiffre d’affaires (avec essence et les branches européennes) s’est établi à 32,8 milliards d’euros, en croissance de 6 %. Au cours du premier semestre 2013, la progression a encore été de 4,5 %. « Nous voulons garder le rythme avec une croissance de nos ventes de 5 % par an. Au final, nous visons donc 15 % de chiffre d’affaires et 1,5 % de part de marché supplémentaire », explique aux « Echos » Philippe Manzoni, le président d’ITM Alimentaire, c’est-à-dire de l’enseigne Intermarché, le coeur du réacteur du groupe créé par Jean-Pierre Le Roch.

Les progrès enregistrés ces dernières années sont le fruit d’une véritable révolution opérée il y a trois ans après une crise de gouvernance aiguë, qui a mené Jean-Pierre Meunier à la tête de la Société civile des Mousquetaires, la société qui chapeaute l’ensemble des activités, et Philippe Manzoni à la présidence d’ITM Alimentaire. Le réseau a décidé de rompre avec le dogme du supermarché, unique format de l’enseigne en créant des politiques commerciales graduées allant des magasins de proximité (Intermarché Express) aux petits hypermarchés, jusqu’alors parents pauvres de l’organisation. Une politique de reversements très incitative, représentant un tiers de la rentabilité nette des magasins, a été mise en place pour pousser les adhérents à mettre leurs points de vente aux nouvelles normes.

Après ce nouveau départ, qui a permis à Intermarché de suivre le rythme de croissance imprimé par les autres réseaux indépendants, Leclerc et Système U, le temps est donc venu pour les Mousquetaires de lancer un nouveau plan stratégique à trois ans, qui sera adopté à l’automne. Avec des objectifs ambitieux en cette période de crise.

Pour les atteindre, l’enseigne veut jouer à fond la carte des produits frais. Comme, il faut le dire, la plupart des distributeurs qui veulent ramener en magasin les clients adeptes du « drive ». Le but : renforcer le plaisir d’achat. Un programme pour lequel les Mousquetaires sont bien armés, leurs magasins ayant historiquement mis l’accent sur les rayons à la coupe traditionnels, boucheries ou poissonneries, qui désertent les centres-villes.

Philippe BERTRAND, Les Echos, 19/09/2013

Dernières actualités