Distribution : Intermarché et Casino alliés dans la guerre des prix

17.10.2014, source : Les Echos.fr

imprimer

Les deux groupes de la grande distribution Intermarché et Casino vont peser ensemble face aux grandes marques plus que Carrefour, Auchan-Système U et Leclerc.

Copier-coller. Deux semaines à peine après l’arrivée de Système U dans Eurochan, la centrale d’achats du groupe Auchan, c’est au tour d’Intermarché et de Casino de « coopérer » pour leurs achats. Le communiqué publié mercredi 8 octobre au soir par les deux distributeurs reprend presque mot pour mot celui de leurs concurrents. Il n’est question de mutualiser les volumes que pour « les grandes marques ». La coopération ne portera pas sur les produits à marques propres, ni sur les produits frais traditionnels issus de la production agricole ou de la pêche. « Ni sur les produits de marques nationales élaborés par les PME ou les entreprises de taille intermédiaires. »

Produits psychologiques

En somme, les Mousquetaires et Casino s’allient pour négocier au mieux les tarifs des produits dits psychologiques, qui façonnent l’image prix des enseignes, les Coca-Cola, L’Oréal et autres. Seule différence avec l’alliance U-Auchan, Intermarché et Casino achèteront aussi en commun des grandes marques du non-alimentaire, comme Seb, par exemple. Sinon, les deux nouveaux partenaires continueront également à gérer de façon indépendante leur politique commerciale ainsi que la construction de leur offre. Afin de maintenir « une différenciation totale », dit leur communiqué.

On croyait que, en rachetant Dia et ses 3 % de part de marché, Carrefour resterait le premier en termes de volume d’achats (avec 22 % de part de marché), devant le duo Système U- Auchan, à 21,5 % et Leclerc à 20 %. Mais Intermarché et Casino leur passent désormais devant avec une part de marché globale dans les produits de grande consommation (PGC), au sens du panéliste de référence Kantar Worldpanel, de 25,5 % (14 % pour Intermarché, 11,5 pour Casino et ses enseignes soeurs).

A cela près que, selon nos informations, Philippe Manzoni, le président d’Intermarché, et Jean-Charles Naouri, le PDG de Casino, veulent éviter de passer au-dessus des seuils de concentration français et européen. Aussi, leur coopération ne portera précisément que sur 2 % de leurs fournisseurs, 60 au total, qui représentent 40 % de leurs achats, ou bien encore un volume de 10 milliards d’euros environ. On voit bien qu’il s’agit là de faire plier un peu plus les multinationales des PGC.

 

Dernières actualités