Distribution : Go Sport sort de la Bourse pour se concentrer sur son redressement

10.11.2014, source : Les Echos.fr

imprimer

Le réseau de magasins de sport avait été coté en 1986. Il peine face au concurrent Décathlon.

Nouvelle étape dans la vie mouvementée de Go Sport. Le distributeur français d’articles de sport a été retiré le mercredi 5 novembre de la Bourse de Paris, à l’issue de l’offre publique d’achat simplifiée (Opas) lancée par sa maison mère Rallye. L’Opas, ouverte entre le 17 et le 30 octobre au prix de 9,10 euros par action, a permis à Rallye de détenir 98,32 % du capital de l’enseigne. Le retrait étant possible au-delà du seuil de 95 %. Avant l’opération, Rallye détenait déjà 93,72 % du capital. Pour le concurrent de Décathlon, c’est la fin d’un parcours boursier débuté en 1986. Un parcours chaotique qui a vu l’action perdre 60 % de sa valeur au cours des cinq dernières années.

Créé en 1977 par une association entre le distributeur alimentaire Docks de France, les frères Odier et Michel Burckbuchler, pionniers du commerce d’articles de sport en France, Go Sport est repris en 1983 par Genty Cathiard, un autre groupe de supermarchés, de la région grenobloise, que ses dirigeants, Florence et Daniel Cathiard, revendront en 1990 à Rallye pour se reconvertir dans le vin au château Smith Haut Lafitte. Rallye étant le holding de Jean-Charles Naouri, le propriétaire du groupe Casino, le réseau a grandi avec le développement des grandes surfaces spécialisées dans l’Hexagone, reprenant Sparty à Darty, puis Fnac Sport, et exploitant l’enseigne de chaussures Courir. Le groupe compte aujourd’hui 339 magasins, dont 179 Go Sport et 160 Courir, pour 642 millions d’euros de chiffre d’affaires.

Si Courir, concept spécialisé dans la chaussure, a trouvé son marché, Go Sport peine derrière Décathlon et ses marques propres discount. Les dirigeants se sont succédés jusqu’à Jean-Paul Onillon, directeur de la centrale d’achats de Casino mais aussi spécialiste du sport. Sous sa houlette et à coup de promotions, Go Sport a enrayé la baisse de ses ventes au troisième trimestre 2014 (+ 2 % en comparable). La sortie de la Bourse a pour but de libérer les équipes des contraintes d’une société cotée et de concentrer les énergies sur une relance qui, après une augmentation de capital de 30 millions d’euros en 2012, est un peu celle de la dernière chance.

Philippe BERTRAND, Les Echos, le 05/11/2014

Dernières actualités