Les secteurs

Distribution : de Best Buy à Saturn, des enseignes en déclin

18.12.2012, source : Les Echos.fr

imprimer

De l’Allemagne aux Etats-Unis, en passant par le Royaume-Uni : dans tous les pays développés, les homologues de Darty sont à la peine.

Comet en faillite

Il y a encore quelques mois, le groupe Darty s’appelait Kesa et marchait sur deux jambes : Darty en Europe continentale et Comet en Grande-Bretagne. Ce réseau de 240 magasins, spécialisés comme les Darty dans l’électrodomestique, pesait encore 1,8 milliard d’euros annuels de chiffre d’affaires quand, au premier semestre de l’exercice 2011-2012, il a vu ses ventes baisser de 18,6 %. L’enseigne, qui évolue dans un marché britannique très concurrentiel, a été vendue en novembre 2011 au prix symbolique de 2 livres au fonds OpCapita, spécialiste du retournement ! Un an après, Comet annonçait son prochain placement sous administration judiciaire. Plus de 6.000 emplois sont menacés. Comet s’est trouvé à court de cash pour constituer ses stocks pour Noël et n’avait pas d’assurances-crédit pour protéger ses fournisseurs en cas de faillite. Ceux-ci ont donc exigé des paiements immédiats, provoquant sa chute.


Best Buy à la relance

C’est à un Français, Hubert Joly, nommé directeur général en août, que revient la tâche de relancer Best Buy, le leader mondial de la distribution d’électronique grand public qui exploite outre-Atlantique plus de 600 magasins et réalise, au total, plus de 40 milliards d’euros de chiffre d’affaires.

L’enseigne emblématique de l’ « american way of life » a été en perte au cours de son dernier exercice (2010-2011) et a engagé en mars dernier un plan de réduction des coûts de 800 millions de dollars. Celui-ci se traduit par la fermeture de certains très grands magasins et l’ouverture de surfaces plus modestes. Le refus des dirigeants d’établir des prévisions pour 2013 a fait plonger son cours de Bourse. A cela s’est ajouté un conflit entre le fondateur et ancien président Richard Schulze (20 % du capital), qui souhaite un retrait de la cote, et les autres actionnaires.

Saturn, point faible de l’Allemand Metro

Tout allait bien jusqu’en 2010 pour les 850 magasins mondiaux Media Markt et Saturn, les enseignes d’électronique de l’allemand Metro. Au premier semestre 2011, les ventes chutaient de 4,6 % . Pourtant, dès décembre 2010, les 34 points de vente français, en difficulté, avaient été revendus à Boulanger.

Philippe BERTRAND, Les Echos, 13/12/2012

Dernières actualités