Les secteurs

Distribution : Casino fait de la rentabilité sa priorité

24.02.2013, source : Les Echos.fr

imprimer

Les résultats de Casino progressent fortement grâce au contrôle de GPA au Brésil. Mais cette expansion internationale a eu un coût.

« A partir de 2013, nous souhaitons que notre bénéficie net par action [stable à 4,94 euros en 2012, NDLR] recommence à croître. C’est notre objectif ». Au terme de la présentation des résultats annuels de Casino, jeudi à Paris, Jean-Charles Naouri a fixé sa priorité : consolider et augmenter la rentabilité de son groupe.

Le distributeur stéphanois a certes publié un résultat opérationnel en hausse de 29,3%, franchissant « pour la première fois » la barre des 2 milliards d’euros et un bénéfice net qui a explosé à 1,06 milliard (+ 85 % ), en raison de la prise de contrôle de Grupo Pao de Azucar au Brésil -lequel y contribue significativement. Mais, hors l’effet de ce changement de périmètre, le résultat net part du groupe, dit normalisé, s’établit à 564 millions d’euros, comme en 2011 (à 1 million près). A l’époque, il avait progressé de 7 %, et de 3 % en 2010.

Intégration à 100 % de Monoprix

Pour le PDG du groupe, cette situation n’est pas essentiellement due à la situation en France, où son chiffre d’affaires a diminué de 0,8 %  (et de 7,7 % pour les seuls hypermarchés Géant) et son résultat opérationnel courant de 8,6 %, à 685 millions d’euros, du fait de la guerre des prix. Elle est plutôt liée au « coût de son expansion internationale », a affirmé Jean-Charles Naouri. Or, ce coût ne sera pas récurrent cette année, tandis que l’ensemble du groupe « bénéficiera d’une plus grande exposition aux marchés en forte croissance ».

L’international représentera 63 % du chiffre d’affaires en 2013, contre 56 % en 2012 et 45 % en 2011. Les quatre pays étrangers dans lesquels Casino est présent (la Colombie, la Thaïlande, le Vietnam et le Brésil) constituent un bloc de 400 millions de consommateurs émergents avides de consommation, avec des prévisions de taux de croissance pour 2013 s’échelonnant de 3,3 % pour le Brésil à 5,5 % pour la Vietnam. L’année en cours verra également l’intégration à 100 % de Monoprix par le rachat au plus tard le 30 octobre des 50 % détenues par les Galeries Lafayette pour 1,17 milliard d’euros.

Jeudi, Jean-Charles Naouri a précisé que l’opération sera financée par la dette, sans appel à des investisseurs. « Notre ratio dette financière nette sur Ebitda est de 1,8. Avec Monoprix, nous resterons inférieur à notre ratio cible de 2 », a indiqué le PDG. Cette acquisition parachèvera le reformatage du groupe, avec plus d’international et, en France, moins d’hypermarchés, plus de centre-ville et de proximité. Dans l’Hexagone, l’heure est à la « consolidation » de l’activité, grâce à la baisse des prix.

« Nous n’irons pas en Chine ou en Inde »

Parmi ses projets pour l’année en cours, le PDG de Casino a annoncé vouloir pousser les feux, à l’international, de la stratégie « duale » consistant à investir dans les galeries marchandes autour des hypermarchés. Ce sera le cas tant en Colombie qu’au Vietnam et en Thaïlande. Le patron et propriétaire du groupe a également indiqué que l’enseigne Exito serait développée dans des pays limitrophes de la Colombie. Mais, a-t-il précisé : « Nous n’irons pas en Chine ou en Inde ».

Au Brésil, la priorité sera encore donnée à la croissance des formats Assai (des « cash-and-carry » discount) et Minimercado (une jeune enseigne de proximité). « Nous voulons également devenir leader du e-commerce dans le pays avec Nova.com », a indiqué Jean-Charles Naouri.

Philippe BERTRAND, Les Echos, 21/02/2013

Dernières actualités