Les secteurs

Distribution : Casino est revenu dans la course en France

25.02.2014, source : Les Echos.fr

imprimer

La baisse des prix commence à payer dans les enseignes discount.Sur sa lancée, le groupe table sur la croissance organique en 2014.

Si la France ne pèse plus que pour 40 % dans le chiffre d’affaires du groupe Casino, son PDG et premier actionnaire, Jean-Charles Naouri, n’en était pas moins attendu au tournant du résultat des baisses de prix entreprises depuis plusieurs mois maintenant dans ses enseignes à la peine. Et les analystes n’ont pas été déçus. Malgré une baisse sensible de la marge opérationnelle de ces dernières, et grâce à la consolidation à 100 % de Monoprix dans les comptes et aux plans de baisse de coûts qui ont limité en grande partie l’impact des baisses de prix, le résultat opérationnel courant (ROC) des activités de distribution en France a même légèrement progressé de 0,9 %, à 544 millions d’euros.

Mais ce sont surtout les tendances des ventes et les objectifs fixés pour 2014 qui ont fini de convaincre les investisseurs, le titre Casino terminant comme deuxième plus forte hausse du SRD, à 80,85 euros (+ 3,20 % ). Les ventes des hypermarchés Géant et des supermarchés Casino ont enregistré une forte amélioration à partir du deuxième semestre, a communiqué le groupe, avec une croissance de la fréquentation et des volumes vendus à partir du quatrième trimestre. Si la tendance du début de l’année 2014 se confirme, Géant Casino pourrait afficher un gain de 0,2 point de part de marché en avril, ce qui, appliqué à une part de marché de 2,5 %, serait meilleur que les gains enregistrés par les Leclerc et Système U. Le challenge fixé aux équipes des enseignes discount françaises du groupe d’afficher une croissance des chiffres d’affaires hors essence et hors effet calendaire, quand ils étaient en baisse sur tous les trimestres depuis 2008, montre assez la confiance dans leur redressement.

Interrogé le 18 février lors de la présentation des résultats du groupe sur l’évolution de sa réflexion sur une éventuelle mise en Bourse de Cdiscount, spécialiste de l’e-commerce, dont les ventes ont atteint 1,4 milliard d’euros l’an dernier (et 1,6 milliard en tenant compte de sa place de marché), Jean-Charles Naouri a répondu n’avoir « aucun projet précis » à ce jour, tout en disant « poursuivre la réflexion ».

Le modèle Cdiscount

A l’international, Casino peut aussi compter sur l’e-commerce : avec Nova.com, la filiale de GPA au Brésil, qui connaît une croissance exponentielle, de 30 % en 2013 à 1,5 milliard d’euros, en dupliquant la stratégie de Cdiscount ; ce que le groupe applique cette fois sous cette marque en Colombie, en Thaïlande et au Vietnam. D’une manière générale, les activités internationales ont connu une très forte progression de leur ROC, de 32,6 %, à 1,7 milliard. « Nous restons très positifs sur le Brésil, où le potentiel de développement de GPA est immense et où nous maintenons un niveau très élevé d’investissement », a déclaré le PDG de Casino.

Pour 2014, outre le retour à une croissance organique positive du chiffre d’affaires en France, le groupe annonce la poursuite d’une forte croissance organique du chiffre d’affaires à l’international, une nouvelle progression organique du ROC et la poursuite de l’amélioration de la structure financière.

Antoine BOUDET, Les Echos, le 19/02/2014

Dernières actualités