Les secteurs

Distribution : Casino détient désormais 100 % de Franprix et de Leader Price

16.11.2009, source : Les Echos.fr

imprimer

Le groupe contrôlé et dirigé par Jean-Charles Naouri a finalement acquis les participations résiduelles de la famille Baud pour 428,6 millions d'euros. Leur valorisation avait fait l'objet d'un conflit tranché devant un tribunal arbitral.
C'est l'épilogue d'un mauvais feuilleton de plus de deux ans. Le groupe Casino a annoncé, vendredi, avoir acquis la veille, 12 novembre, les participations résiduelles de la famille Baud dans Franprix (à hauteur de 5 % ) et Leader Price (25 % ), pour 428,6 millions d'euros. Le distributeur détient donc désormais la totalité du capital de ses deux filiales. Les comptes ne sont toutefois pas complètement soldés puisque « les intérêts ainsi que les demandes d'indemnités de la famille Baud au titre des droits à dividende seront examinés ultérieurement par le tribunal arbitral » , a indiqué Casino dans un communiqué. Ils ont été « enregistrés en dettes dans les comptes », a-t-il encore précisé.
En juillet dernier, un tribunal arbitral, saisi par le groupe Casino en juin 2007, avait considéré que la révocation des dirigeants de Leader Price et Franprix en mars de cette même année avait été légitime, au regard de l'intérêt social des deux entreprises.


Prix définitif

Une réponse décisive puisque, selon qu'elle ait été positive ou négative, la levée par les Baud de leur option de vente s'effectuerait sur la base d'un multiple de 14 du résultat moyen des années 2006 et 2007 ou sur celle d'un multiple de 16. Un expert indépendant, le cabinet Price Waterhouse, avait alors été désigné, comme prévu par la convention passée entre les deux parties, pour calculer le prix définitif de la participation de la famille Baud.
Celui-ci s'avère finalement proche « des 413,4 millions d'euros déjà comptabilisés en dette financière dans les comptes du groupe au 30 juin 2009 », constate Casino dans son communiqué. La famille Baud, pour sa part, contestait les conditions de son éviction et exigeait le rachat par anticipation de ses participations minoritaires pour environ 600 millions d'euros. De son côté, Jean-Charles Naouri, PDG et actionnaire majoritaire de Casino - qui avait laissé à Jean Baud, fondateur de Franprix et Leader Price, et ses fils Robert et Bernard l'autonomie de gestion de ces deux filiales -, avait considéré que ceux-ci avaient privilégié leur intérêt « au détriment de l'intérêt social »des deux enseignes.


D‘autres conflits en cours

Cette affaire soldée, le conflit entre les deux parties devant les tribunaux est pourtant loin d'être achevé. Outre l'affaire Agapa, renvoyée en 2010 par le tribunal correctionnel de Paris et dans laquelle Casino est partie civile, plusieurs plaintes au pénal demeurent pendantes.

A. BO., Les Echos le 16/11/09
 

Dernières actualités