Les secteurs

Distribution : Casino a enregistré un sérieux revers en France en 2009

20.01.2010, source : Les Echos.fr

imprimer

Le groupe a publié hier un chiffre d'affaires en baisse de 4,8 % en France sur l'exercice 2009, à 17,66 milliards d'euros. Au quatrième trimestre, les hypermarchés sont à - 4,6 % hors carburants et compte tenu de l'arrêt de contrats d'affiliation. Au total, pour les activités poursuivies, les ventes du distributeur ont reculé de 1,2 % sur douze mois, à 26,8 milliards.

Le « commerce de précision », expression chère à Jean-Charles Naouri, PDG et actionnaire majoritaire du groupe Casino, aurait-il trouvé ses limites ? A en juger par l'hémorragie de chiffre d'affaires qui s'est confirmée au quatrième trimestre dans les réseaux Leader Price et Géant Casino, la question mérite d'être posée.
Dans un environnement certes difficile, où Carrefour publiait jeudi dernier une baisse des ventes de ses « hard discount » ED de 7,3 % (en comparable) au 4e trimestre de son exercice 2009, quand celles de ses hypermarchés étaient en recul de 2,5 % (hors carburants et en comparable), Casino affiche une baisse de 11 % pour Leader Price et de 6 % pour ses hypermarchés. Plus inquiétant encore, la situation respective de ces deux réseaux a empiré, comparée à celle un an plus tôt sur la période. Ainsi, dans les Géant Casino, le nombre de passages en caisse s'est inscrit en retrait de 5,8 %, contre une baisse de 3,1 % au quatrième trimestre 2008. L'enseigne ne cesse donc de perdre des clients. Elle « intensifiera en 2010 sa politique de baisses de prix ciblées», indique le communiqué du groupe.
Même les supermarchés Casino ont souffert dans l'Hexagone, avec une baisse des ventes à magasins comparables et hors essence de 3,4 %, contre une hausse de 1,1 % un an plus tôt. En France, seule la chaîne Monoprix montre une meilleure résistance dans le commerce traditionnel, son activité enregistrant une légère baisse de 0,6 %. Sur Internet, les ventes du site Cdiscount « ont progressé à deux chiffres sur l'année ». Au total, le chiffre d'affaires de Casino a reculé de 3,3 % sur son marché domestique au quatrième trimestre, et de 4,8 % en 2009, à 17,66 milliards d'euros, soit 66 % du chiffre d'affaires global du groupe, à 26,8 milliards, en baisse de 1,2 % (hors Super de Boer cédé aux Pays-Bas).
L'écart entre les performances de Casino en France et de ses filiales dans les pays émergents reste grand. L'activité à l'international a ainsi progressé de 13,4 % au 4e trimestre, et de 6,7 % sur l'année. A magasins comparables, l'Amérique du Sud a continué à afficher une croissance solide, à + 3,8 % sur les quatre derniers mois et + 4,4 % sur douze mois. Les ventes en Asie sont impactées par l'évolution des taux de change. A taux de change constants, elles ont progressé de 6,7 % sur la fin de l'année. Enfin, Vindémia dans l'océan Indien a résisté (- 0,6 % à magasins comparables).
Concernant la décision du Venezuela de nationaliser les 6 hypermarchés Exito, détenus par sa filiale Cativen ( « Les Echos » d'hier), Casino a assuré que cela ne « change rien aux perspectives de croissance et de rentabilité » du groupe. Lors d'une conférence téléphonique, Antoine Giscard d'Estaing, directeur financier du distributeur, s'est dit « à l'aise » avec le consensus des analystes sur un résultat opérationnel à 1,225 million d'euros pour l'exercice 2009 (y compris Super de Boer). Casino a en outre confirmé son « objectif d'améliorer son ratio de DFN/EBITDA (dette financière nette sur résultat brut d'exploitation, NDLR) à fin 2009 et d'atteindre un ratio inférieur à 2,2 à fin 2010 ».
A. BO., Les Echos le 19/01/10

Dernières actualités