Les secteurs

Distribution : Carrefour redresse la barre en France et en Chine

21.07.2013, source : Les Echos.fr

imprimer

L’activité des hypermarchés français Carrefour se stabilise progressivement. Les ventes ne baissent plus en Chine et la croissance se poursuit au Brésil.

Des « bonnes vibrations » en France, selon l’expression des analystes de Barclays, un retour aux progressions positives à périmètre comparable en Chine, une croissance toujours soutenue au Brésil : l’activité de Carrefour pour le deuxième trimestre 2012 donne « des signes encourageants », a commenté Pierre-Jean Sivignon, le directeur financier du groupe, qui a présenté les chiffres hier à Paris.

Il a notamment indiqué une « hausse de la fréquentation » des hypermarchés. « Même s’il est encore trop tôt pour conclure qu’il s’agit d’une tendance de fond, cela faisait longtemps que nous l’attendions », a-t-il ajouté, soulignant des « sursauts » dans les rayons non alimentaires. Certes, les ventes à magasins comparables des très grandes surfaces baissent encore de 1,2 %, mais corrigées d’un effet calendaire estimé à - 1,5 %, elles sont en hausse de 1,2 %. Les ventes alimentaires sont en hausse pour le troisième trimestre de suite, signe, selon le dirigeant, de « la poursuite de l’amélioration de l’image-prix de l’enseigne ».

Le redressement dont est à l’origine le PDG Georges Plassat semble donc bien engagé, malgré un environnement économique qui reste difficile. En un an, le déclin en cours depuis 2007 paraît bel et bien avoir été enrayé. Au deuxième trimestre 2012, en effet, la baisse des ventes des hypers s’accentuait encore de 5,7 %. En Chine aussi, un retournement semble s’amorcer : « Nous avons connu le premier trimestre de progression en comparable depuis le début 2011 », a souligné Pierre-Jean Sivignon. En Amérique latine, les ventes sont en hausse de 11,7 % à change constant. Elles progressent de 7 % en comparable au Brésil.

Un repli limité

Au total, en pro forma, c’est-à-dire retraité du désengagement de Carrefour en Indonésie, en Malaisie, à Singapour, en Grèce et en Turquie, le repli du chiffre d’affaires est limité à 0,6 % sur la période, à 20,46 milliards d’euros. Le redressement du numéro deux mondial de la distribution n’est cependant pas encore consolidé. En France, les supermarchés ont fléchi de près de 2 % en comparable. Au troisième trimestre, les bases de comparaison seront défavorables. De plus, la crise perdure en Europe. Sur le Vieux Continent l’activité a chuté de 4,2 %. En Espagne, même si la tendance demeure négative (- 1,7 % ), elle « a plutôt mieux résisté au deuxième trimestre qu’au premier », a estimé le directeur financier. En Italie, en revanche, la situation empire et les ventes ont dégringolé de 11,2 %. Une nouvelle équipe dirigeante devra adapter les magasins à la crise de la consommation. Mais, relativisent les analystes, l’Italie ne représente que 6 % des ventes du groupe.

Autre bémol, l’appréciation de l’euro vis-à-vis du real brésilien et du peso argentin. Sur le trimestre, les taux de change ont eu un effet négatif de 1,9 % sur les chiffres de Carrefour. Au Brésil, Pierre-Jean Sivignon a également rappelé l’impact de l’inflation des matières premières alimentaires.

Hier à la Bourse de Paris, le cours de l’action a terminé en hausse et gagnait 4,10 %, à 23,24 euros. Il y a quelques jours plusieurs analystes avaient relevé leurs recommandations.

Philippe BERTRAND, Les Echos, 19/07/2013

Dernières actualités