Les secteurs

Développement franchise à Lyon : RhônExpress en ligne directe avec l'aéroport

07.01.2010, source : Les Echos.fr

imprimer

Le tram-train RhônExpress, liaison directe pionnière entre la capitale de Rhône-Alpes et la plate-forme de Saint-Exupéry, s'inscrit dans le cadre d'un contrat de concession de trente ans. Les premiers essais de rames démarreront fin janvier.

Le top de départ doit être donné le 9 août prochain, en principe. A compter de cette date, 365 jours sur 365, le tram-train RhônExpress quittera la gare de la Part-Dieu à Lyon pour relier l'aéroport Saint-Exupéry en 25 minutes et deux arrêts seulement. Une première en France, qui précède de deux ans le futur Charles-de-Gaulle express. Cette liaison lyonnaise présente aussi l'originalité de partager sur les 15 premiers kilomètres de son parcours (jusqu'à la zone industrielle de Meyzieu) les mêmes rails que ceux du tram urbain T3, opérationnel, lui, depuis décembre 2006. Une « mutualisation » rendue possible par le Conseil général du Rhône qui, propriétaire de l'emprise de l'ancien chemin de fer de l'Est lyonnais depuis 1977, a mis ce tronçon à disposition du Sytral, syndicat des transports en commun lyonnais. La contrepartie était que RhônExpress, placé sous l'autorité du département, puisse utiliser l'infrastructure aménagée par le Sytral pour T3 sans payer de redevance. Les cadencements et la vitesse de circulation n'étant pas les mêmes, il a fallu créer des « shunts » de doublement. Reste que les deux systèmes seront placés sous un poste de commande unique géré par Keolis, exploitant des TCL, en lien avec Veolia Transport, futur exploitant de RhônExpress.
Veolia Transport fait partie du groupement privé piloté par Vinci et qui a remporté fin 2006 la concession pour une durée de trente ans. Dans le cadre de ce partenariat public-privé, il revenait au consortium de réaliser les 120 millions d'euros d'investissement : création des 7 kilomètres de tracé (indépendant) supplémentaire pour rejoindre Saint-Exupéry à 100 km/heure, d'un centre de maintenance et acquisition d'une première tranche de 6 rames auprès du suisse Stadler. Les livraisons ont commencé en décembre dernier et s'échelonneront jusqu'à fin mai, tandis que les premiers essais démarreront dans quelques semaines. Le calendrier initial prévoyait l'ouverture de la desserte en novembre 2009, mais ce décalage résulte de « la complexité de la procédure », reconnaît Patrick Dieny, directeur général adjoint au conseil général. Le commissaire enquêteur a notamment exigé que soit modifiée la connexion avec la gare ferroviaire de Saint-Exupéry entraînant pour le conseil général un surcoût de travaux de 4 millions confiés par convention à la SNCF.


Subvention et aide annuelle

Au-delà, le département présidé par Michel Mercier, également ministre de l'Espace rural et de l'Aménagement, a attribué au concessionnaire une subvention initiale de 31,35 millions d'euros - que l'Etat lui rembourse à hauteur de 10 millions via l'Afitf -ainsi qu'une aide forfaitaire annuelle de 3,5 millions (indexé au taux de 2 % l'an). RhônExpress, qui se substituera à l'actuel Satobus (navettes par bus), table sur un plus de 1 million de passagers au bout de deux ans. Les risques d'exploitation incombent au délégataire. « En cas de trafic supérieur aux prévisions, indique Patrick Dieny, des clauses de répartition des recettes supplémentaires sont inscrites dans le contrat. »
MARIE-ANNICK DEPAGNEUX, Les Echos le 07/01/10

Pour en savoir plus sur une implantation en franchise à Lyon : cliquez ici

Dernières actualités