Culture : la Fnac sort de la spirale de la chute des ventes

29.10.2014, source : Les Echos.fr

imprimer

Lors de l’introduction en Bourse de la Fnac, il y a quinze mois, Alexandre Bompard avait fixé la consolidation du chiffre d’affaires de l’enseigne de biens culturels comme l’un de ses objectifs majeurs pour 2015. Le PDG du groupe pourrait avoir gagné quelques mois sur ses prévisions. En effet, pour la première fois en quatre ans, au moins, l’entreprise affiche une progression globale de ses ventes : + 2,2 %  au troisième trimestre 2014. Précisément, 2 % à périmètre comparable et à change constant. La situation s’améliorait progressivement depuis un moment, mais le premier semestre affichait encore une baisse de 1,1 %.

Seul le Brésil déçoit encore (- 7,6 % à périmètre comparable), mais cette petite filiale - dont le sort est incertain - ne génère que 42 millions d’euros de chiffre d’affaires. Pour le reste du groupe, la Belgique et la Suisse sont stables, et la péninsule Ibérique progresse d’un demi-point. C’est bien la France qui redécolle, avec une hausse des ventes de 4,7 % à magasins constants. Bien sûr, on mesure là l’effet de la fermeture des points de vente de Portet-sur-Garonne et de Villiers-en-Bière qui étaient en perte de vitesse. Mais sans cela, le rebond est aussi sensible : + 3,4 %, à comparer au + 0,8 % du premier semestre.


Succès des nouveaux rayons

Dans le contexte continu de numérisation des biens culturels, ce redémarrage marque les esprits. Il semble dû au succès des nouveaux rayons : électroménager design, jeux et loisirs pour enfants, mais, surtout, téléphonie sans abonnement et, pour la période, papeterie. Ces nouveaux produits représentent désormais 11 % du chiffre d’affaires et compensent la baisse structurelle des produits éditoriaux, même si ces derniers n’ont abandonné que 2 % au troisième trimestre 2014 (à comparer aux - 6 % de la même période de 2013). Le livre s’est particulièrement bien tenu, en raison d’une rentrée littéraire riche dans tous les styles. « Merci pour ce moment », peut se réjouir Alexandre Bompard, premier libraire de France !

Reste à savoir à quel prix l’activité de la Fnac a repris une pente ascendante. Au cours des six premiers mois de l’année, l’enseigne avait perdu 60 points de base de marge brute, à 29,8 %, au fil des nombreuses promotions. Le communiqué publié le mercredi 22 octobre indique que « la baisse de la marge brute a été plus contenue au troisième trimestre ». Plus contenue, certes, mais il s’agit toujours d’une baisse ! Cet indicateur sera à suivre avec attention au cours du quatrième trimestre et, particulièrement, pendant les fêtes - qui représentent 20 % des ventes de la Fnac. La consommation étant dure pour tous les distributeurs, la concurrence sur les prix devrait faire la joie du père Noël.

Philippe BERTRAND, Les Echos, le 23/10/2014

Dernières actualités