Les secteurs

Consommation :La qualification des Bleus pour le Mondial 2010 est une bonne nouvelle économique

21.11.2009, source : Les Echos.fr

imprimer

Traditionnellement, la participation de l'équipe de France de football au Mondial tire la consommation. Le résultat est aussi bienvenu pour la Fédération française de football, qui remet en jeu ses droits TV et de sponsoring.
La qualification, laborieuse, de l'équipe de France pour la Coupe du monde de football 2010, qui débutera le 11 juin en Afrique du Sud, a sans doute fait pousser un ouf de soulagement aux dirigeants de TF1. Mais l'impact économique de la participation des Bleus à la plus médiatique des compétitions sportives dépasse le cadre de la seule télévision. Sans pour autant le surévaluer. En 2006, le Mondial n'avait ainsi contribué qu'à une très légère hausse du produit intérieur brut de l'Allemagne, entre 0,1 % et 0,3 %. Le pays, hôte de l'épreuve, avait pourtant accueilli deux millions de visiteurs étrangers pour l'occasion.
La Coupe du monde n'en demeure pas moins un accélérateur de consommation. En France, les dépenses des ménages avaient grimpé de 0,7 % au deuxième trimestre 2006, tirées notamment par les achats de téléviseurs plasma. Ils avaient enregistré une hausse de 95 % entre avril et juin, avec 2,2 millions d'unités vendues. Et Kesa, la maison mère de Darty, avait alors vu son résultat opérationnel grimper de 29 %. Au printemps prochain, la prime ira aux appareils haute définition.
Les Brasseurs de France ne cachent pas, eux non plus, leur satisfaction. Même si l'impact de l'événement sur les ventes de bière dépendra d'abord de la météo. Sans soleil, il sera nul. C'est la leçon tirée de 1998, où les ventes avaient bondi de 10 % à 15 % entre la mi-juin et le 13 juillet, période de beau temps, pour ensuite régresser avec le retour de la grisaille. En 2006, l'impact avait été léger. Cette fois, les Brasseurs de France attendent surtout une bouffée d'oxygène pour les cafés, dont la fréquentation est en chute libre, et les ventes de bière, en recul de 7 % à 10 %, selon les années. « Les gens aiment aller regarder la finale au bar, ce qui stimule l'activité des établissements. Nous sommes très contents », se félicite Gérard Laloi, patron de l'association des Brasseurs de France.


Un enjeu « raisonnable »

L'heure est également au soulagement du côté des organisateurs de voyage. « C'est une très bonne nouvelle, mais je suis outré par la manière dont l'équipe de France s'est qualifiée », déclare Jean-François Rial, le PDG de Voyageurs du Monde, partenaire de Pass for Sport, l'une des agences accréditées par la Fifa avec Thomas Cook et la société lyonnaise Couleur. La Coupe du monde constitue pour lui un enjeu « raisonnable » : sa société - qui a accès à 2.400 places de stades, dont 1.300 pour les trois matchs du premier tour de l'équipe de France - peut théoriquement s'engager sur l'événement jusqu'à 1,5 million d'euros avec les achats de sièges d'avion et les réservations hôtelières afin de créer ses forfaits. A ce stade, l'engagement de l'entreprise s'élève à 0,5 million. Dès jeudi matin, 450 « packages » étaient en vente sur les sites de ses tour-opérateurs Voyageurs du Monde et Comptoir des Voyages.
Mais c'est aussi pour la Fédération française de football (FFF) que le résultat de France-Eire est le bienvenu. Coupant les ponts avec son agence Sportfive, elle a en effet décidé d'internaliser la vente de ses droits. Ceux concernant la télévision pour la période 2010-2014 sont sur le marché, tout comme ceux pour le sponsoring soumis à un appel d'offres qui clôturera le 15 décembre. La FFF a décidé de restreindre le nombre de ses partenaires mais d'augmenter les tarifs (lire ci-contre). En jeu : les contrats de SFR, Carrefour et autres Crédit Agricole qui arrivent à échéance en juin 2010, celui de Suez courant jusqu'en 2012. On sait déjà que pour l'équipementier de la sélection, Adidas, le Mondial 2010 sera l'heure des adieux. Nike lui a pris la place sur la période 2011 à 2018, pour 42 millions par an.

PHILIPPE BERTRAND, AVEC A. BO., C.P., M-J. C., Les Echos le 20/11/09

Dernières actualités