Les secteurs

Consommation : la baisse des prix s'accentue en juillet

14.08.2009, source : Les Echos.fr

imprimer

Les prix ont connu un troisième mois mois consécutif de baisse. En juillet, le recul a atteint 0,7% sur un an, 0,4% par rapport à juin. Les prix dans les restaurants et cafés ont baissé de 1,3% et 0,7% sur un mois, suite à la baisse du taux de TVA.

Les prix à la consommation ont connu un troisième mois mois consécutif de baisse, selon les données de l'Insee publiées mercredi. En juillet, le recul sur un an a atteint 0,7%. Sur un mois, le recul ressort à 0,4%.

En mai, les prix s'affichaient déjà en baisse sur un an (-0,3% ), pour la première fois depuis 1957, une diminution qui s'était poursuivie en juin (-0,5% ). La baisse mensuelle est toutefois "essentiellement saisonnière", note l'Institut national de la Statistique dans un communiqué, précisant que l'évolution sur un mois corrigée des variations saisonnières est de -0,1%. Le recul de prix s'explique "en grande partie" par la baisse des prix de l'habillement et chaussures (-8,5% par rapport à juin) et des autres produits manufacturés, liée aux soldes d'été, selon l'Insee. En outre, les prix de l'énergie diminuent à nouveau sur un an (-18,3% ), ce qui reflète la chute des cours du pétrole par rapport au pic de l'été 2008, mais aussi sur un mois (-1% ). Les prix de l'alimentation sont également en baisse par rapport à juin de 0,7% (-1,1% sur un an).

Donnée très attendue, enfin, les prix dans les restaurants et cafés ont baissé respectivement de 1,3% et 0,7% en juillet par rapport à juin suite à la baisse du taux de TVA.

Toutes ces baisses "sont en partie compensées par la hausse saisonnière des prix des services" (+0,7% par rapport à juin, +2,3% sur douze mois), "due à l'impact de la revalorisation du Smic et aux habituelles hausses liées aux vacances d'été", estime encore l'Insee. Ainsi, les prix des hébergements de vacances (+38,5% sur un mois, +5,5% sur un an) et des formules de voyages touristiques "tout compris" (+16,8% sur un mois, +1,2% sur un an) explosent. Les prix du transport aérien augmentent aussi, dans une moindre mesure, de 6,8% par rapport à juin, mais ils baissent de 1% sur un an.

Faut-il, après ce troisième repli mensuel, craindre une véritable déflation ? Sans doute pas, selon la plupart des économistes. Du côté de la BCE, Jean-Claude Trichet a également tenté de rassurer, le 6 août dernier,en jugeant que l'épisode actuel d'inflation négative serait de "courte durée" dans la zone euro (l'indice des prix de juillet dans la zone sera délivré vendredi).

Les Echos

Dernières actualités