Les secteurs

Conseil : la consolidation du secteur est en marche

04.10.2012, source : Les Echos.fr

imprimer

Certaines structures de conseil souffrent du fait qu’elles sont monoclients ou bien focalisées sur des activités de marché. Elles orchestrent des départs forcés en catimini tandis que d’autres, en forme financière, tablent sur la croissance externe.

La consolidation du marché des cabinets de conseil opérationnel apparaît inévitable. Les entreprises - qui ont appris à acheter des prestations immatérielles (en recrutant d’anciens consultants) - se lancent dans des plans d’économies et renforcent leur pression sur les prix, allongent les délais, voire annulent des missions de consultant. Résultat : les dossiers de cabinets en difficulté ont beaucoup circulé.

Nombre d’entre eux se sont fait avaler - sans trop de succès d’ailleurs - par des SSII. « Mais il y a eu un coup d’arrêt depuis juin, alors qu’auparavant le rythme de dossiers proposés était de un tous les quinze jours », observe un professionnel. « Beaucoup de structures de conseil petites et moyennes souffrent du fait qu’elles sont mono-clients ou bien centrées sur les activités de marché ou d’investissement du secteur bancaire », explique le même interlocuteur.

D’autres, au contraire, bien positionnés résistent. Et recherchent des avantages compétitifs en investissant dans la recherche et l’innovation comme le font les cabinets SIA Partners (lire ci-dessous), Eurogroup Consulting, Kurt Salmon, etc. Paradoxalement, la crise en bouleversant l’environnement rend impératif le besoin de conseils sur le terrain des évolutions réglementaires, la gestion des ressources humaines, les évolutions technologiques, etc.

Opportunités

Et cette situation crée des opportunités pour certains cabinets en bonne santé financière cherchant à doper leur croissance externe. Coté en Bourse, le cabinet Solucom (75 % système d’information, 25 % conseil) - qui a déjà procédé, cette année, à deux acquisitions (Alturia consulting et Eveho) -cherche à nouveau à racheter de petits cabinets afin de prendre des positions fortes dans les secteurs de l’assurance et de la banque. « Solucom peut épauler ses clients à répondre aux exigences de Solvency II et aider à la consolidation de caisses mutualistes », explique Pascal Imbert, le président du directoire du cabinet, qui vient de signer un protocole d’accord en vue d’un rapprochement avec Stance, un cabinet de conseil en organisation et management. Colombus Consulting (groupe Neurones à 70 % ) cherche, quant à lui, à se renforcer sur le terrain du marketing et de la force de vente. Quant au cabinet SIA Partners, il table sur des acquisitions de sociétés rentables à l’étranger et recherche en France des cabinets de conseil en management à restructurer, qui ont une forte expertise sectorielle (aéronautique, industrie lourde, pharmacie, par exemple). Tous cependant n’affichent pas une telle forme.


Perspectives contrastées

Les perspectives conjoncturelles sont contrastées et, pour certains, guère réjouissantes. De grands noms de l’audit, des systèmes d’information et du conseil orchestrent en catimini des départs forcés de leur pôle conseil. Quelques cabinets seraient aussi sur le point d’engager des plans sociaux.

Evalué à 5,1 milliards d’euros, le marché du conseil en management a pour premier client les services financiers. Ces derniers contribuent à la formation de 28 % de son chiffre d’affaires global, d’après l’étude annuelle 2011-2012 du syndicat Syntec conseil en management, suivis par l’industrie (23 % ) et le secteur public (13 % ). « Le marché va inévitablement assister à la disparition structurelle d’un certain nombre de cabinets », pronostique un expert du secteur. « Car, si d’aventure les banques se remettaient à développer des activités de marché, elles ne le feraient pas en France », affirme-t-il.

Raisonnement analogue pour le secteur des télécoms au sein duquel l’arrivée de Free -  « qui ne consomme pas de conseil » -rebat les cartes. Il ferait baisser le volume d’activité des consultants de moitié chez ses concurrents.

Muriel JASOR, Les Echos, 01/10/2012

Dernières actualités