Les secteurs

Commerce : le froid a sauvé les soldes d'hiver du marasme

16.02.2012, source : Les Echos.fr

imprimer

« Le froid a fait du bien, sans aucun doute », estime Jean-Marc Genis, président de la Fédération des enseignes de l’habillement, le syndicat des grandes chaînes textiles. « Le froid nous a rendu un peu de chiffre d’affaires, on a terminé ce qu’on avait de pièces chaudes, bonnets et écharpes », indique, de son côté, Bertrand Morvan, président de la Fédération nationale de l’habillement, qui représente les magasins indépendants du secteur.

A l’évidence, les températures sibériennes que subit la France depuis une dizaine de jours ont permis aux commerçants de sauver la période des soldes d’hiver, qui s’achève demain. En raison des difficultés de la conjoncture économique et de la multiplication des rabais divers avant même Noël, elle s’annonçait incertaine. La vague de froid a permis de rattraper les méventes de grosses pièces (manteaux, parkas, etc.) qui n’avaient pas été réalisées en novembre et décembre du fait de la douceur du climat.

Globalement le bilan reste, toutefois, mitigé. Les ventes des 16 magasins français du Printemps ont progressé de 10 %. Chez Monoprix, on affiche même un chiffre d’affaires en hausse d’ « un peu plus de 10 % » pour l’habillement et la maison. Mais, pour sa part, Jean-Michel Silberstein, délégué général du Conseil national des centres commerciaux, déclarait hier à l’APF que les ventes de janvier ne progresseraient que « de l’ordre de 1 % à 2 % ». Pour Thierry Desouches, porteparole de Système U, les soldes n’ont pas suscité d’engouement massif. Et Françoise-Marie Grau, secrétaire générale de la Fédération française du prêt-à-porter, évoque même « des résultats plus que mitigés, voire négatifs de 2 % à 3 % ».

Au final, un fois encore, le commerce électronique semble le grand gagnant. Selon le baromètre soldes de la Fevad, la fédération professionnelle, sur les quatre premières semaines de soldes, les ventes des sites ont augmenté de 9 % . Frigorifié, le consommateur a préféré acheter chez lui, avec son ordinateur.


Philippe BERTRAND, Les Echos, 13/02/2012

Dernières actualités