Les secteurs

Commerce alimentaire : le chocolatier stéphanois Weiss va accélérer à l'international

21.12.2011, source : Les Echos.fr

imprimer

La marque stéphanoise commence à récolter les fruits de son positionnement haut de gamme. Elle prévoit en 2012 l’ouverture des premières boutiques sous licence à l’étranger.

Pour le chocolatier haut de gamme Weiss, 2012 s’annonce une année fructueuse. L’entreprise, créée à Saint-Etienne par l’Alsacien Eugène Weiss, fêtera un double anniversaire : les cent trente ans de sa naissance et les cent ans du Napolitain, l’un de ses produits phares. Surtout, le fabricant de chocolats devrait continuer à récolter les fruits de son positionnement haut de gamme en France et à l’étranger. 2011 a déjà été une année riche en changements puisque Weiss est passé à 100 % sous le contrôle de Finapar, le holding du groupe alimentaire de l’homme d’affaires stéphanois Yannick Naël. La nouvelle direction est issue de l’univers du chocolat avec le directeur général Patrick Marché et des grands crus bordelais s’agissant de Florence Moulin, en charge du marketing. Celle-ci prévoit en 2012 l’ouverture des premières boutiques sous licence à l’étranger.


La tradition perpétuée

Depuis deux ans, Weiss a déjà doublé le nombre de boutiques en propre avec 4 ouvertures sur 2009-2010, à Clermont-Ferrand, Strasbourg, Lille et Paris. L’investissement de 5 millions d’euros réalisé ces trois dernières années a aussi profité à l’outil de production, au renouvellement des gammes de produits et du packaging. Avec une orientation marquée en faveur de l’exportation (Japon, Etats-Unis, Inde, Chine) de ce produit fragile. « Les ventes hors de France représentent aujourd’hui 20 % du total contre 4 % en 2008 », déclare Patrick Marché, soulignant que « Weiss, à la fois la plus ancienne et une des dernières entreprises françaises à torréfier la fève de cacao, ne vend que des produits réalisés par nous-mêmes, que ce soit aux particuliers ou aux professionnels qui nous achètent leur chocolat de couverture ».


La PME d’une centaine de salariés perpétue la tradition du fondateur, inventeur du Haut Chocolat, à partir d’assemblages de fèves de diverses origines. Elle a stoppé ses achats en Côte d’Ivoire à cause de la qualité irrégulière de la fève de cacao et parce que certains planteurs lui ont préféré la culture de l’hévéa, jugée plus rentable. Weiss réalisera cette année une production d’un millier de tonnes. Avec un chiffre d’affaires d’environ 13 millions d’euros contre 11,2 millions l’an dernier et une prévision de croissance de 20 % sur 2012, année du retour aux bénéfices.


Denis MEYNARD, Les Echos, 20/12/2011

Dernières actualités