Les secteurs

Commerce alimentaire : Ahold lance en Allemagne son offensive européenne dans le « prêt-à-manger »

15.09.2012, source : Les Echos.fr

imprimer

Le groupe néerlandais tente sa chance dans le commerce alimentaire allemand six ans après le départ de Wal-Mart, seul distributeur étranger alors présent sur ce difficile marché. Ces superettes proposent des petits plats à consommer.

Oser se lancer sur le marché très disputé du commerce alimentaire en Allemagne, c’est le pari que relève le néerlandais Ahold. Une première depuis le départ du géant américain Wal-Mart sur un échec en 2006. Cette fois, le numéro un de la distribution aux Pays-Bas s’attaque toutefois à un marché de niche, celui des superettes proposant des salades, jus de fruits et sandwichs ainsi que du café, inspiré du concept britannique de « convenience store ».

Ahold ouvre aujourd’hui tout près de la frontière néerlandaise, à Aix la Chapelle, un magasin à l’enseigne Albert Heijn to Go. Il exploite plus d’une cinquantaine d’unités du même genre aux Pays-Bas, onze ans après son lancement. Ce n’est que le début d’une aventure hors de ses terres, car le groupe a prévu d’ouvrir rapidement une bonne dizaine d’autres magasins en Rhénanie-du-Nord-Westphalie. A plus long terme, il prévoit pas moins de 150 magasins en Europe d’ici à 2016. Interrogé, Ahold n’indique pas quels pays sont en l’espèce visés.

Le pari du distributeur néerlandais repose sur la captation d’une clientèle nomade et pressée, des actifs ou étudiants cherchant du  « prêt-à-manger », depuis les premières heures du jour jusque tard dans la soirée. Chez Albert Heijn to Go, près de 700 références sont proposées sur une surface de vente proche de 100 m2. La France aussi connaît ce marché avec des concepts à mi-chemin entre l’épicerie de quartier et le restaurant, notamment avec les enseignes Carrefour City et Daily Monop (Monoprix).

Le patron allemand d’Ahold, Jürgen Hotz, sait qu’il se lance sans doute sur le plus concurrentiel des marchés qui soit. Car, en Allemagne, boulangeries, chaînes de fast-food, stations-service, drogueries et autres surfaces alimentaires se bousculent déjà sur ce créneau. Le numéro deux de la distribution alimentaire en Allemagne, Rewe, dirigé par le français Alain Caparros, a ouvert en 2011 deux magasins dénommés Rewe to Go à Cologne et Düsseldorf. Content du succès rencontré, il va doubler la mise cette année et compte encore se développer sur ce créneau. Le marché représenterait en tout un volume de 23 milliards d’euros, et est promis à une forte croissance dans les années à venir avec un potentiel évalué à 30 milliards d’euros. Pionnier sur le concept de C-Store, le géant américain 7-Eleven a annoncé plusieurs fois son entrée sur le marché allemand, mais celle-ci se fait encore attendre.


Jean-Philippe LACOUR, Les Echos, le 12/09/2012

Dernières actualités