Les secteurs

Comment les technologies numériques créent un choc productif dans les entreprises

02.10.2012, source : Les Echos.fr

imprimer

Omniprésentes dans notre société, les technologies du numérique aident les entreprises à être plus performantes, chamboulent nos habitudes de consommation et favorisent l’apparition de nouveaux services, tout en bousculant les organisations.

L’inventeur américain Charles F. Kettering a dit : « Le monde déteste le changement, c’est pourtant la seule chose qui lui a permis de progresser ! » Le numérique fit les frais de cette résistance au changement. Il a toutefois réussi à s’imposer et comme l’un des principaux vecteurs de développement.

Les technologies numériques ont d’abord été vivement critiquées. L’automatisation des tâches détruit des emplois. Le progrès des télécoms favorise la délocalisation vers des pays où la main-d’oeuvre coûte moins cher. Malgré cela, ces technologies ont réussi à prouver qu’elles contribuent à la création de richesse. Selon un rapport de McKinsey publié en 2011, l’ensemble des activités liées à l’Internet en France s’est élevé à 72 milliards d’euros et a contribué à un quart de la croissance du pays en 2010. Le secteur du numérique au sens large (matériels, logiciels, services, télécoms) aurait déjà créé 700.000 emplois en France en dix ans.

Le numérique aide à faire plus vite, mieux et moins cher ce que l’on faisait avant. Pourtant, une étude de Capgemini Consulting et du MIT affirme qu’un tiers seulement des entreprises dans le monde ont entamé leur transformation numérique de manière efficace ! « Je ne vois pas comment il est possible d’être compétitif aujourd’hui sans le numérique tant le logiciel est partout ! », s’étonne Stéphane Distinguin, fondateur et CEO de faberNovel, société qualifiée d’ « architecte de l’innovation ». Le secteur marchand semble avoir pris la mesure des enjeux. En 2011, les ventes en ligne aux particuliers ont atteint en France 37,7 milliards d’euros avec 100.400 sites. « Le numérique a révolutionné le commerce. Les clients sont séduits; ils peuvent faire leurs courses le dimanche depuis chez eux. Ils gagnent en pouvoir d’achat car ils peuvent comparer et sont maîtres de leur décision. Les cybermarchands disposent de plus d’informations sur leurs clients et peuvent développer des stratégies multicanal », constate François Momboisse, président de la Fédération de l’e-commerce et de la vente à distance.

Ce n’est pas pour autant la fin des magasins physiques. Les innovations technologiques incitent les commerçants à repenser leur positionnement et à offrir de nouveaux services. Ainsi, la marque de prêt-à-porter Morgan teste le « tweet mirror », qui permet à une cliente de diffuser son image sur les réseaux sociaux directement depuis la cabine d’essayage et de solliciter instantanément l’avis de ses amies ! L’enseigne de biens d’équipement BUT a doté deux de ses magasins d’écrans tactiles et les vendeurs de tablettes afin de conseiller et d’accompagner les clients. Au vu des résultats de ce test, BUT vient de décider de déployer ces outils dans ses 220 magasins en France.

Mieux, plus vite

Les exemples sont pléthore d’activités dans lesquelles la mise en oeuvre d’outils numériques s’est traduite par une optimisation des ressources, une réduction des dépenses, une augmentation du chiffre d’affaires... Grâce à la géolocalisation et à l’optimisation des tournées, les transporteurs réduisent le nombre de véhicules, les heures supplémentaires des chauffeurs et leur facture de carburant. Les logiciels de planification et de gestion logistique permettent de s’approvisionner, de produire en « juste-à-temps » et de livrer rapidement. La multiplication des logiciels utilisables à la demande, en mode SaaS ( « software as a service »), dispense les entreprises d’acheter les licences en exploitant la solution ponctuellement.

« Les entreprises traditionnelles sont prises à partie par le numérique, qui développe de nouveaux modes de consommation comme le covoiturage, le partage, l’échange... », souligne Stéphane Distinguin. Par exemple, le site communautaire de location d’appartements Airbnb, qui, s’il créait un nouveau segment de marché, « représenterait un manque à gagner pour l’hôtellerie mondiale d’environ 3 milliards de dollars ». De nouveaux services numériques apparaissent dans la santé, avec la télémédecine pour les personnes âgées ou vivant en zones rurales, les abonnements en ligne à des services de baby-sitting ou de livraison de couches pour bébés, l’achat de lunettes à prix avantageux... Mais la transformation est aussi managériale et humaine. « Le numérique modifie la chaîne d’autorité dans les entreprises. Tout le monde accède à l’information. Cela bouscule l’entreprise. Mais de façon positive ! », conclut François Momboisse.

Sophy CAULIER, Les Echos, 25/09/2012

Dernières actualités