Les secteurs

Chocolatier : le stéphanois Weiss repris par le fonds de la famille Bongrain

24.10.2013, source : Les Echos.fr

imprimer

La marque de chocolat haut de gamme stéphanoise Weiss change à nouveau de mains, après des cessions intervenues en 2002 et 2007. Yannick Naël, dirigeant du holding stéphanois de négoce agroalimentaire Finapar, vient de céder 100 % des titres au groupe Bongrain, via la société Soparind Développement (qui appartient au holding non coté de la famille Bongrain). Dirigée par Armand Bongrain, elle regroupe les actifs patrimoniaux de la famille en produits de la mer, charcuterie et chocolat. Dans cette dernière catégorie, elle détient déjà La Maison du Chocolat, Neuville, Mademoiselle de Margaux, et Villars, en Suisse. Ainsi que deux autres marques qui emploient près d’un millier de salariés en Rhône-Alpes : Révillon, présent au Coteau et à Roanne, dans la Loire, et Valrhona, à Tain-l’Hermitage (Drôme).

Le groupe Finapar n’a pas eu le temps de récolter les fruits du positionnement haut de gamme de cette entreprise créée en 1882. Il y a pourtant investi plusieurs millions d’euros. Son chiffre d’affaires était en légère croissance (+ 0,6 % ) l’an dernier, à 12,7 millions d’euros, avec 108 salariés, mais le résultat net restait négatif à hauteur de 675.000 euros. Juste avant le rachat, le cédant a abandonné les créances détenues sur Weiss et augmenté le capital social de la PME, porté de 2 à 9,9 millions d’euros.

Très bel outil

Jusqu’alors responsable commerciale de Valrhona pour l’Europe du Sud, Clémentine Alzial, la nouvelle présidente de Weiss, se déclare ravie du « très bel outil » dont elle veut augmenter le volume produit. Elle explique que, si « deux des boutiques (celles de Paris et de Lille) ont été fermées cet été, car le succès commercial n’était pas au rendez-vous, les autres (situées à Saint-Etienne pour deux d’entre elles, au Puy-en-Velay, à Clermont-Ferrand, à Lyon et à Strasbourg) seront conservées et développées ». La volonté du groupe n’est pas de restructurer, mais de développer. Weiss, qui a fêté l’an dernier les cent ans du Napolitain, l’un de ses produits phares, va donc continuer à proposer ses chocolats de couverture et pralinés aux professionnels, et ses produits festifs à sa clientèle de particuliers. La nouvelle direction va s’efforcer d’augmenter la part des ventes à l’exportation, qui représente déjà de 15 % à 20 % du total, y compris sur des destinations lointaines comme le Japon.

Denis Meynard, Les Echos, 21/10/2013

Dernières actualités