Les secteurs

Castorama se renforce avec Mr.Bricolage

09.04.2014, source : Les Echos.fr

imprimer

L’opération porte sur une valeur d’entreprise de 275 millions d’euros. Avec Brico Dépôt, l’ensemble devancerait Leroy Merlin.

C’est la première conséquence de l’atonie de la consommation en France pour les biens non alimentaires. Alors que le marché français du bricolage a baissé de 1 % en 2013, le groupe britannique Kingfisher, qui exploite en France les enseignes Castorama et Brico Dépôt, a annoncé jeudi 3 avril son intention de racheter Mr.Bricolage, numéro trois du secteur avec 11,3 % de parts de marché.

Kingfisher, qui exploite par ailleurs les chaînes B&Q et Screwfix au Royaume-Uni, est entré précisément en négociation exclusive avec ANPF et la famille Tabur, qui détiennent respectivement 41,9 % et 26,2 % de Mr.Bricolage pour un prix de 15 euros l’action et une valeur d’entreprise de 275 millions d’euros, tenant compte d’une dette de 118,5 millions. « Conformément à la réglementation en vigueur, un projet d’offre publique d’achat au même prix serait ensuite déposé », indique le groupe britannique dans un communiqué. La cotation de Mr.Bricolage a été suspendue vendredi 4 avril, à 13,37 euros.

Avec cette opération, Kingfisher donne corps à l’une des ambitions annoncées lors de la présentation de ses résultats annuels il y a quelques jours, à savoir le développement par le biais de la franchise, notamment de l’enseigne Brico Dépôt, un format dont une cinquantaine d’ouvertures (109 unités aujourd’hui) sont prévues à moyen terme. Mr.Bricolage est en effet un groupe atypique. L’entreprise est à la fois un réseau intégré de 81 points de vente Mr.Bricolage, mais aussi une centrale d’achats réunissant 438 indépendants franchisés Mr.Bricolage ou Briconautes (enseigne de proximité), ainsi que 290 autres indépendants purs, sans enseigne. Un ensemble d’affiliés qui détiennent le holding ANPF.

Kingfisher, leader en Europe

Selon Jean-François Boucher, président du groupe Mr.Bricolage c’est dans ce vivier que se trouvent « des magasins éligibles à l’enseigne Brico Dépôt ». Le rapprochement avec Kingfisher permettra aux autres de bénéficier de « conditions commerciales améliorées ».

Pour Kingfisher, leader en Europe de son secteur avec un total de 1.124 magasins dans neuf pays européens ou d’Asie (11 milliards de livres de chiffre d’affaires total), le rachat de Mr.Bricolage permet, outre une expansion du réseau Brico Dépôt en France peu gourmande en capitaux, de renforcer ses positions internationales. Mr.Bricolage regroupe en effet 69 points de vente dans 10 autres pays que la France. Sir Ian Cheshire, directeur général de Kingfisher, évoque dans le communiqué publié jeudi 3 avril « l’ajout [...] d’une activité de franchise internationale à succès et la présence sur de nouveaux marchés ».

L’opération doit encore être approuvée par l’Autorité de la concurrence. Le choix du marché pertinent sera déterminant. Celui des grandes surfaces de bricolage stricto sensu est estimé à 18,6 milliards d’euros. Sur ce total, Castorama et Brico Dépôt pèsent 33,5 % et grimperaient à 45 % avec Mr.Bricolage. L’ensemble passerait alors devant le couple Leroy Merlin - Bricoman (37,3 % ). Déjà, Jean-Claude Bourrelier, le virulent patron de Bricorama, fustigeait jeudi dernier, une opération qui renforcerait le « duopole » des deux groupes, au détriment du « commerce de proximité »... Mais sur le marché du bricolage opèrent aussi les supers et hypermarchés. Le marché total est de 24,5 milliards et, sur cette base, la part de Kingfisher retombe à 28,3 % et celle de Mr.Bricolage à 8,56 % . La dilution est encore plus forte si l’on prend en compte le jardinage, soit 7,5 milliards d’euros supplémentaires.

Philippe BERTRAND, Les Echos, le 04/04/2014.

Dernières actualités