Les secteurs

Carrefour atteint ses objectifs malgré des ventes en baisse

17.01.2010, source : Les Echos.fr

imprimer

Le numéro deux mondial de la distribution a publié, hier après Bourse, un chiffre d'affaires en baisse de 1,4 % en 2009 par rapport à 2008, à 96,2 milliards d'euros. Il confirme un résultat opérationnel «de l'ordre de 2,77 milliards».
Lars Olofsson, le directeur général de Carrefour, avait déclaré vouloir prendre son temps, s'étonnant qu'en France on aime « les coupeurs de tête expéditifs » ( « Les Echos » du 16 octobre 2009). Un an après son arrivée, le patron suédois du numéro deux mondial de la distribution a finalement appuyé sur le bouton. Le groupe a annoncé, hier après Bourse, une réorganisation de sa direction entraînant le départ de Gilles Petit, directeur exécutif France, remplacé par un jeune manager venant de chez Tesco, James McCann (lire ci-dessous). « Cette équipe de direction enrichie va nous permettre de maintenir notre cap stratégique et d'assurer la parfaite exécution de notre plan de transformation », a déclaré Lars Olofsson, cité dans un communiqué du groupe.
Pour l'année 2009 écoulée, Carrefour a dit avoir atteint ses objectifs au vu des chiffres publiés après Bourse. Son chiffre d'affaires annuel est ressorti en baisse de 1,4 % (- 0,2 % à change constant), à 96,172 milliards d'euros, permettant au distributeur de confirmer ses prévisions de résultat opérationnel avant éléments non courants qui sera « de l'ordre de 2,775 milliards d'euros ». En octobre dernier, Carrefour avait rectifié ses prévisions dans le bas de la fourchette annoncée, entre 2,7 et 2,8 milliards d'euros. Mais certains analystes n'excluaient pas cependant un nouvel avertissement sur résultat (qui aurait été le 4e en deux ans).


Bilan moins décevant que prévu

De fait, le marché s'attendait à des performances décevantes sur la dernière période de son exercice 2009. Elles le sont, mais moins que prévu, en particulier dans les hypermarchés français du groupe. Bénéficiant certes d'une base de comparaison favorable - Carrefour avait lancé un avertissement sur résultat en décembre 2008 du fait d'une activité difficile, singulièrement en Europe, en fin d'année -, le distributeur a plutôt mieux résisté que prévu. Là où certains analystes s'attendaient à un recul des ventes de l'ordre de 4 % à magasins comparables et hors carburants, elles s'inscrivent finalement en recul de seulement 2,5 %. Lors de la conférence téléphonique réservée aux analystes après la publication de ces chiffres, certains se sont néanmoins inquiétés d'une baisse de 4,1 % du trafic client sur le quatrième trimestre, malgré les importants investissements promotionnels.
Au total, le bilan de l'année se confirme comme médiocre en France, malgré les moyens importants engagés en communication et en baisse des prix, pour 600 millions d'euros au total. L'opération de promotion pour les « 50 ans » de Carrefour en France n'aura pas permis aux hypermarchés de conserver leurs parts de marché (ils perdaient 0,2 point à fin novembre). Globalement, compte tenu des difficultés du maxidiscompte ED (- 0,2 point), le distributeur aura gagné 0,2 point de parts de marché grâce au beau succès des supermarchés, du fait du changement d'enseigne de Champion en Carrefour Market.


Priorité aux gains de productivité

« Carrefour n'a peut-être pas totalement résolu le dilemme ré cur rent d'une croissance de son chiffre d'affaires concomitante à une chasse aux coûts, mais la priorité semble cette fois définitivement donnée aux gains de productivité », écrit Jérôme Samuel, analyste chez HSBC, dans une étude sur les distributeurs alimentaires européens, où il initie notamment la couverture du titre Carrefour.
Pierre Bouchut, directeur exécutif Finances, Gestion et Services Financiers, a en outre précisé que les 230 millions d'euros attendus de gains surs les achats en 2010 seraient intégralement réinvestis dans les prix.
ANTOINE BOUDET, Les Echos le 15/01/10

Dernières actualités