Les secteurs

Cadeaux d'art : Arteum arrive dans les rayons

16.12.2012, source : Les Echos.fr

imprimer

L’enseigne, spécialisée dans la vente de produits dérivés d’oeuvres et d’objets d’art, vient de signer un partenariat avec la Fnac.

Après avoir ouvert trois boutiques à Paris (au Carrousel du Louvre, à Bercy Village, et au CNIT à la Défense), l’enseigne Arteum multiplie les corners en France et à l’étranger. La petite entreprise spécialisée dans la vente de produits dérivés d’oeuvres et d’objets d’art a ainsi signé un partenariat avec une vingtaine de Fnac, où elle propose des objets de design, répondant à la stratégie de la chaîne de produits culturels et d’électronique grand public, visant à élargir son offre, tandis qu’elle diversifie aussi ses implantations (lire ci-dessus). Arteum, également présent dans les grands magasins Printemps, part aussi à la conquête de l’international, et développe actuellement 15 corners de 120 mètres carrés au Japon.

Créé il y a quatre ans par Lorraine Dauchez, passée auparavant par la Villa Médicis et par l’AROP (la cellule de recherche de mécénat de l’Opéra de Paris), Arteum a doublé cette année son chiffre d’affaires, à 7 millions d’euros. La fondatrice et actionnaire majoritaire est accompagnée dans cette aventure par quelques « business angels » de choix : Frédéric Jousset, patron de Webhelp et son associé Olivier Duha, président de Croissance Plus, Geoffroy Roux de Bézieux, patron de Virgin Mobile, Jean Luc Colonna d’Istria, qui a lancé la boutique de décoration Merci, à Paris. « Nous souhaitons démocratiser l’art, en le déclinant sur des supports du quotidien. Et nous proposons aussi des ateliers pédagogiques, des vernissages ou des séances de dédicaces dans nos boutiques, des conférences et des visites guidées d’expositions en lien avec des musées partenaires », précise lorraine Dauchez. Parmi ceux-ci le Louvre, le Centre Pompidou, le musée Rodin. Mais aussi des musées étrangers comme la Tate ou le Moma.

Editeur sous licences

Dans ces boutiques, qui font entre 250 et 320 mètres carrés et sont toujours placées dans des « environnements plaisir à fort trafic », pas moins de 4.000 références sont proposées. « Et nous devenons éditeur de produits exclusifs grâce aux licences que nous ont octroyées les fondations Magritte, Le Corbusier, ou Nikki de Saint Phalle » poursuit Lorraine Dauchez. Les prix s’échelonnent de 1 à 1.000 euros et Arteum souhaite à terme devenir prestataire des musées, voir gestionnaire de boutiques dans ces institutions.

Arteum a aussi ouvert une boutique en ligne, afin de fidéliser notamment ses clients étrangers : ces derniers représentent la moitié des acheteurs de la boutique Arteum du Carrousel du Louvre.

Martine ROBERT, Les Echos, 11/12/2012

Dernières actualités