Les secteurs

C. Cuvillier (Unibail-Rodamco) : « La montée en gamme se fait sur la qualité générale du centre »

21.11.2012, source : Les Echos.fr

imprimer

Christophe Cuvillier, directeur général des opérations d'Unibail-Rodamco, s'exprime sur la montée en gamme des centres commerciaux.

Le « Shopping 4 étoiles » a fleuri sur les murs de Paris à l’occasion de l’ouverture par Unibail-Rodamco du centre So Ouest de Levallois-Perret dans les Hauts-de-Seine. N’est-ce pas un teasing élitiste ?

Au contraire. Le « Shopping 4 étoiles » s’adresse à tout le monde. C’est le reflet de notre stratégie, augmenter la qualité, pas les prix, et faire de chaque visiteur un VIP. Nos centres, nouveaux et existants sont audités afin de vérifier que la qualité que nous annonçons à nos visiteurs est à la hauteur : un organisme indépendant d’Unibail-Rodamco vérifie 571 points aussi variés que l’accueil dans les parkings, la qualité de la lumière, la propreté des toilettes, le renouvellement des enseignes, le choix des musiques… Ce label n’est pas automatique, nous l’avons décerné à Docks 76 à Rouen, Confluence à Lyon, Rive Etoile à Strasbourg, Carré Sénart, et So Ouest. La progression ne se fait pas sur les prix ou la qualité des enseignes, mais sur la qualité générale du centre.


Quelle est votre stratégie pour échapper à la morosité ambiante ?

Les chiffres nationaux ne reflètent pas les nôtres. Le CNCC affiche une performance négative de 0,5 % de chiffres d’affaires des commerçants au cours du premier semestre 2012, nous sommes à + 2,1 %. J’explique cet écart par notre constante recherche de nouvelles enseignes. Celles qui arrivent en France viennent pour se développer dans tout le pays et visent nos centres en priorité. Il y a 11 Apple Stores dans des centres commerciaux en France, 8 chez nous, même chose pour les 6 implantations d’Hollister, toutes dans nos centres. American Eagle Outfitter nous a également choisis pour sa première ouverture en Europe continentale. Nous travaillons déjà sur la prochaine génération d’enseignes pour apporter 10 % de sang neuf par an et donner au visiteur envie de venir et de revenir.


Ces innovations et cette attention à tous les détails ont forcément un coût. Comment est-il répercuté sur les loyers des enseignes ?

Nos locataires bénéficient directement de la hausse de fréquentation des centres. Lors des renouvellements de baux, nous avons augmenté les loyers en moyenne de 23 % au 1er décembre 2012, ce qui signifie bien que les enseignes sont prêtes à payer le prix pour privilégier la qualité de leur emplacement, même si la plupart sont prudentes en temps de crise et n’accélèrent pas leur développement. A So Ouest, où nous attendons 10 millions de visiteurs par an, nous en avons déjà eu 700.000 en trois semaines, en attendant l’ouverture d’Aéroville près de Roissy l’an prochain.

Propos recueillis par Catherine SABBAH, Les Echos, 15/11/2012

Dernières actualités