Les secteurs

Bilan secteur : explosion des créations d'entreprises chez les paysagistes

02.10.2011, source : Les Echos.fr

imprimer

Les commandes de jardins de particuliers fortunés et le boom des petits travaux de jardinage soutiennent le secteur. Le nombre d'entreprises, généralement individuelles, sans salarié, a augmenté de 32% en deux ans.

Les commandes de jardins de particuliers fortunés et le boom des petits travaux de jardinage soutiennent le secteur. Le nombre d’entreprises, généralement individuelles, sans salarié, a augmenté de 32% en deux ans.


Créer et entretenir les jardins attire. Le nombre d’entreprises du secteur a augmenté de 32 % en deux ans pour atteindre 26.500, regroupant 85.000 paysagistes (hors architectes pour la partie conception et hors auto entrepreneurs), soit 5.000 personnes de plus qu’en 2008, a indiqué la semaine dernière l’Union nationale des entreprises du paysage (Unep). Sur les entreprises créées depuis deux ans, la très vaste majorité (5.600) ne compte aucun salarié et désormais, le secteur est constitué à 61 % d’entreprises individuelles contre 35 % en 2006. Cette explosion des créations d’entreprises (43 % des sociétés du secteur ont moins de cinq ans) s’explique par le boom des services à la personne (les petits travaux de jardinage). Il renforce la prédominance des particuliers comme principale clientèle (42 % du chiffre d’affaires du secteur), qui bénéficie d’un autre soutien : les jardins des particuliers fortunés, peu affectés par la crise. « Les riches sont de plus en plus riches, constate le président de l’Unep, Emmanuel Mony, lui-même à la tête de l’entreprise lyonnaise du paysage Tarvel (30 millions de chiffre d’affaires). Cette année, j’ai fait plus de 10 jardins de 100.000 à 200.000 euros chacun ». La filière reste toutefois surtout l’apanage de structures spécialisées, de 5 à 10 salariés.

Premier signe de reprise

La clientèle des particuliers a compensé le recul des commandes publiques mais pas plus. Résultat : le chiffre d’affaires annuel du secteur a stagné, à 5 milliards d’euros. Les actifs étant plus nombreux, cela signifie que les paysagistes ont baissé leurs prix et se sont paupérisés, surtout les entreprises individuelles. Celles-ci réalisent un chiffre d’affaires moyen annuel de 31.200 euros par actif, trois fois moins que les entreprises du paysage de 20 à 49 salariés, plus tournées vers les commandes publiques et les grands contrats. Globalement, 6 % des entreprises (celles comptant plus de 10 salariés) réalisent 60 % du chiffre d’affaires du secteur. L’écart va s’accentuer avec les nouvelles activités créatrices de valeur qui émergent, liées à la transformation des déchets verts, notamment en énergie via la méthanisation. En Allemagne, où les entreprises du paysage sont plus grosses, plusieurs possèdent des stations de méthanisation opérationnelles depuis quatre ans et cette filière prend actuellement de l’ampleur. « Le secteur a obtenu du gouvernement le budget pour financer 100 nouvelles stations », souligne Emmanuel Mony, également président de la fédération européenne du paysage. En France, si tout se passe bien, c’est son entreprise, Tarvel, qui démarrera la première dans un an. L’apparition de tels process industriels constitue un tournant pour un secteur qui semble connaître les premiers signes de reprise. Toujours tirées par les particuliers et les entreprises privées, les ventes ont en effet recommencé à progresser (+ 3 % ) au premier semestre 2011. Mais le mouvement reste à confirmer.

Myriam Chauvot, Les Echos, 27/09/2011

Dernières actualités