Les secteurs

Bilan PPR : en baisse, la FNAC se lance en franchise

22.02.2012, source : Les Echos.fr

imprimer

Le résultat opérationnel courant de l'ex-Redoute a diminué de 35 %, celui de l'enseigne culturelle de 46,5 %.

Le résultat opérationnel courant de l’ex-Redoute a diminué de 35 %, celui de l’enseigne culturelle de 46,5 %.

Chez PPR, les nuances sont subtiles. On sait que le groupe veut se centrer sur le luxe et le « lifestyle » en sortant de la distribution. Après l’introduction en Bourse de CFAO et la cession de Conforama, une nouvelle étape a été franchie avec la déconsolidation des comptes de Redcats, la filiale de vente à distance. Pour François-Henri Pinault, il s’est agi d’appliquer la norme comptable IFRS 5 car le processus de cession est « en cours ». Les livres ont été ouverts et un « info memo » réalisé. Dix fonds seraient intéressés. Pour autant, le PDG reconnaissait hier qu’il n’avait encore « considéré » aucune offre. En attendant, il faut aller à la note 12 du document financier de PPR pour apprendre que Redcats a vu baisser en 2011 son chiffre d’affaires de 2,5 %, à 3,04 milliards d’euros, et son résultat opérationnel courant de 35 %, à 115 millions d’euros.


Magasins en franchise

De con côté, la FNAC est aussi à vendre, mais le processus n’est pas engagé et la société reste donc consolidée. Pour autant, ses performances ne sont pas meilleures. L’enseigne, qui a annoncé en janvier un plan d’économies de 80 millions d’euros et la suppression de 500 postes, a vu ses ventes diminuer de 3,2 % , à 4,16 milliards, et son résultat opérationnel courant de 46,5 %, à 102,6 millions. Les dirigeants de PPR ont indiqué que les 8 magasins italiens allaient être vendus et que leurs résultats avaient été eux aussi déconsolidés, ce qui bonifie certainement les comptes de la FNAC publiés hier.

Malgré cela, le réseau, va continuer d’investir en 2012. Un magasin de 3.000 m² ouvrira dans la zone de Bercy, à Paris. Des ouvertures en franchise sont également envisagées à l’étranger, notamment au Moyen-Orient. L’enseigne va aussi initier le développement en franchise en France de petites unités de 300 m², ainsi que poursuivre l’élargissement de son offre à l’univers enfants et des espaces design et papeterie. Les perspectives restent toutefois difficiles. François-Henri Pinault a indiqué hier que les difficultés la consommation en Europe de l’Ouest devrait « durer quelques années ». Pas de quoi motiver d’éventuels repreneurs...

Philippe BERTRAND, Les Echos, 17/02/2012

Dernières actualités