Les secteurs

Bernard Krief candidat au rachat de la marque New Man

10.05.2010, source : Les Echos.fr

imprimer

Après avoir cédé ses succursales à Zannier, la filiale du groupe Indreco, en perte de vitesse, cherche un repreneur. Bernard Krief est sur les rangs avec l'intention d'exploiter le potentiel international de la marque au triangle.

Après avoir cédé ses succursales à Zannier, la filiale du groupe Indreco, en perte de vitesse, cherche un repreneur. Bernard Krief est sur les rangs avec l'intention d'exploiter le potentiel international de la marque au triangle.


Que devient New Man ? La filiale choletaise du groupe Indreco, propriété de l'industriel Léon Gligman, est à vendre « mais l'opération buterait sur le prix », mentionne un proche du dossier, la direction de l'entreprise refusant depuis longtemps de s'exprimer. Le groupe Bernard Krief est intéressé mais ne devrait pas bouger sur ce dossier avant la fin du semestre. Le repreneur d'entreprises perçoit un potentiel dans le développement de la marque au triangle d'acier à l'international, notamment dans les pays émergents.


« Coeur de métier »

New Man, marque née en 1967, a assez mal résisté en Europe à la montée en puissance d'enseignes de sportswear plus récentes. Mais son image reste intacte dans certains pays, l'entreprise disposant d'un réseau international étendu. Le design et la conception demeureraient en France.


En préambule à une cession, New Man a cédé en mars 29 points de vente en succursale au groupe Zannier, dont un magasin de 400 mètres carrés à Paris, au groupe Zannier. New Man, basé à La Séguinière, petit bourg près de Cholet (Maine-et-Loire), expliquait dans un communiqué son intention de vouloir se concentrer sur « son coeur de métier », la création et la commercialisation auprès d'un réseau de « 50 franchises, de 300 magasins multimarques en France et à l'export, d'un nouveau site Internet marchand et, enfin, par le biais de ses distributeurs et licenciés à l'export en Asie, Amérique latine et Egypte. »


Plusieurs signaux témoignent d'un recul de l'activité de l'entreprise qui affichait en 2008, dernier chiffre connu, un volume d'affaires de 45 millions d'euros, hors réseau commercial contre 56 et 67 millions sur les deux exercices précédents. Et la baisse se serait poursuivie en 2009. Quant au groupe Indreco, son chiffre d'affaires consolidé est passé de 83 millions d'euros en 2006 à 54 millions en 2008, avec une perte nette de 1,9 million d'euros sur cet exercice.


Plan social

Fin avril, New Man annonçait un nouveau plan social touchant une cinquantaine de postes sur les 90 salariés que comptait le site de La Séguinière. Il ne resterait donc qu'une quarantaine de salariés là où l'entreprise en comptait près de 3.000 au milieu des années 1980. Déjà, en décembre, la société a décidé 39 licenciements, taillant dans les fonctions commerciales, administratives et créatives. Fait rare, l'événement avait suscité une manifestation dans les rues de Cholet.


Quant à la production, en France l'entreprise y a renoncé en 2008, fermant Sportswear Confection et Maugin, ses derniers ateliers de production choletais. En février dernier, 8.000 mètres carrés de locaux industriels ont été cédés au fabricant de chaussures Royer.


EMMANUEL GUIMARD, Les Echos, 07/05/2010
DE NOTRE CORRESPONDANT À NANTES

Dernières actualités