Les secteurs

Assurance auto : vive la garantie « bris de glace »

04.11.2011, source : Les Echos.fr

imprimer

L’assurance bris de glace n’a rien d’obligatoire, mais elle est très utile et ne coûte pas cher.

Il existe depuis le 27 mai 2011 une norme Afnor qui réglemente les conditions dans lesquelles les spécialistes et les réparateurs automobiles doivent réparer ou remplacer un pare-brise ou un autre vitrage. Cette norme « moralise » une profession qui connaissait des pratiques manquant singulièrement de transparence, et qui, à terme, auraient entraîné une augmentation des primes d’assurance. Les automobilistes pensent, à tort, que le remplacement d’un pare-brise par exemple, est gratuit : il est plus juste de dire que, généralement, le client n’a rien à débourser s’il s’adresse à un réseau agréé et qu’il est... assuré « bris de glace » comme 88 % des conducteurs. A la franchise près, parfois.

Dans ces conditions, la réparation d’un impact, le remplacement d’un vitrage sont effectivement pris en charge par les assureurs qui cherchent à avoir une visibilité sur les travaux réellement effectués.


Des primes stables

Soucieux de ne pas augmenter la prime « bris de glace » qui n’a pas bougé depuis 2004 et qui est de l’ordre d’une quarantaine d’euros en moyenne toujours, ils plaident pour plus de transparence de la part des professionnels. C’est avec le même souci que l’un des acteurs majeurs du marché, France Pare-Brise, a signé un partenariat « image » avec l’Union nationale des automobile-clubs (Unac), la première fois qu’un rapprochement entre réseau de réparation automobile et une association de défense des consommateurs. Quand on sait que les voitures particulières sont dotées de surfaces vitrées de plus en plus grandes (4 m 2 pour une Citroën Picasso C4, contre 1,25 m 2 pour une Renault 4 L des années 1970) les enjeux ne sont pas sans importance !


Marc HORWITZ, Les Echos, 28/10/2011

Dernières actualités