Les secteurs

Ameublement : Soixante bougies pour le catalogue Ikea

28.09.2010, source : Les Echos.fr

imprimer

Le rangement. Tout un symbole que ce thème retenu par Ikea pour le soixantième anniversaire de sa « bible », le catalogue de l'année 2011. Quoi de plus évocateur de nos maisons que cette marée d'objets divers plus ou moins utiles, photos, souvenirs, vêtements qui encombrent et qu'il faut sans cesse endiguer, organiser. Peu de sujets sont en fait aussi fédérateurs pour tous les clients du géant du meuble, qu'ils habitent la Suède, la Chine ou la France. Il est à l'origine de la création même d'Ikea, dont le fondateur, Ingvar Kamprad, voulait que chacun, quels que soient ses moyens, ait un chez soi, confortable, agréable à l'oeil et facile à vivre.

Devenue une vraie « world company », Ikea ne s'autorise que peu de variations pour les 61 éditions de son catalogue, rédigé en 29 langues et imprimé à 198 millions d'exemplaires. Une dizaine de pages au maximum peuvent changer d'un pays à l'autre pour s'adapter aux modes de vie et aux contraintes locales. Le balcon, par exemple, sert de salle à manger d'appoint et surtout d'espace supplémentaire de rangement dans les pays asiatiques, un rôle classiquement dévolu au garage en France. Autre cas : en Suède, on pallie le manque de lumière en disposant bougies et lampes sur les rebords des fenêtres qui s'ouvrent vers l'extérieur, et non pas l'intérieur comme chez nous. Ou bien encore ce petit vase du catalogue français qui fait office de verre à orangeade dans la version américaine !



Permissivité

La Franco-Suédoise Karin Auburtin, architecte d'intérieur chez Ikea depuis l'arrivée de l'enseigne dans l'Hexagone, il y a vingt-neuf ans, a vécu en direct les évolutions de notre comportement vis-à-vis de l'aménagement de la maison. Une (r)évolution qu'elle résume d'un mot : permissivité. « En France, la décoration a longtemps obéi à la bienséance : le décor reflétait un milieu et une position sociale. Ikea a balayé les codes en disant : faites comme vous voulez. Plus besoin d'acheter un salon ou une chambre complète, la diversité des styles et des formes est devenue le nouveau mot d'ordre. » Avec le suédois, les Français vont se convertir aux murs blancs, au bois clair vernis comme le bouleau ou le hêtre (exit la cuisine en chêne teinté). Et aux notes de couleurs vives. A la couette aussi.

Inversement, Ikea a admis notre goût persistant pour les oreillers carrés et le lit deux places en seulement 140 centimètres de large (exiguïté des chambres oblige). Nous nous sommes aussi convertis aux mille et un trucs de gains de place répertoriés dans le catalogue. Comme « Malm », astucieuse tête de lit coulissante équipée de quatre longs tiroirs. Plus d'excuse pour laisser traîner les magazines dans sa chambre !

Valérie LEBOUCQ, Les Echos, 27.09.10

 

Dernières actualités