Les secteurs

Ameublement : Gautier cible les pays émergents pour exporter ses meubles

30.03.2012, source : Les Echos.fr

imprimer

Fondant son développement sur l’export, le fabricant d’ameublement contemporain vise les pays où la clientèle est sensible à la culture française, à la qualité et au design.

Gautier va ouvrir un magasin à Doha au Qatar dans deux mois. Le fabricant de meubles contemporains, qui a pris en main depuis cinq ans la distribution de ses produits à l’étranger via un réseau de franchises, vise une vingtaine d’ouvertures de points de vente dans les six mois dont la moitié à l’international. Deux nouveaux magasins ouvriront également en Inde, portant le réseau à sept franchises Gautier sur ce continent où le groupe fait état de projets de développement significatifs. « Nous nous concentrons sur l’Europe et les pays émergents où la clientèle est sensible aux produits made in France et à la culture française », assure Dominique Soulard, président du groupe implanté au Boupère (Vendée). Il prépare aussi des ouvertures à Moscou et en Suisse et regarde l’Afrique avec attention. En revanche, le dirigeant a mis fin à sa présence aux Etats-Unis, considérant que la concurrence chinoise est trop forte dans ce pays.


900 salariés

Le réseau Gautier comptait 70 magasins à fin septembre 2011 dont la moitié à l’international. L’export représente 20 % du chiffre d’affaires du groupe mais 50 % de l’activité de la marque Gautier, dédiée au mobilier de renouvellement et seule marque exportée pour l’instant. « Nous commençons à exporter aussi nos autres gammes », précise le dirigeant. Gautier fabrique les marques Gami, meubles de premier équipement, Galipette, pour les 0-2 ans et Gautier Office pour le mobilier de bureau. L’ensemble a réalisé un chiffre d’affaires de 140 millions d’euros en 2011 et emploie 900 salariés.


Gautier a choisi de concentrer toute sa production sur ses trois sites (au Boupère, à Saint-Prouant et à Chantonnay) pour desservir une trentaine de pays. « Avec l’évolution du système logistique mondial, expédier un conteneur en Inde ne nous coûte pas plus cher que de l’adresser à Marseille, assure Dominique Soulard. Et si la mondialisation représente beaucoup de contraintes, cela représente aussi, avec l’augmentation du pouvoir d’achat de pays en voie de développement, de nouvelles opportunités. Il nous a fallu aussi faire évoluer l’entreprise et ses process, notamment la qualité. Il faut par exemple que nos meubles résistent aussi bien à - 40 °C à Novosibirsk qu’à + 40 °C à la Réunion ». Agé de soixante-cinq ans, Dominique Soulard, a confié à sa fille, Valérie, le développement des magasins Gautier à l’international, et à son fils Hervé, entré il y a deux ans dans l’entreprise, le développement international de Gami et de Galipette.


Olivia BASSI, Les Echos, 27/03/2012

Dernières actualités