Les secteurs

Aménagement : Jardiland a marqué le pas en 2010

14.03.2011, source : Les Echos.fr

imprimer

Les ventes du numéro un sur le marché français des jardineries n'ont progressé que de 1% l'an passé, alors que le directeur général tablait sur une croissance de 10%.


Fichue météo ! Alors que Jardiland semblait avoir traversé la crise sans encombre, avec un chiffre d'affaires en hausse de 4,5 % en 2009, le groupe a marqué le pas en 2010 quand la plupart des distributeurs ressentaient, de leur côté, une - relative - reprise de la consommation. Selon son directeur général, Guilhem Porcheron, l'année passée s'est traduite par une hausse des ventes de seulement 1 % , soit 0,5% en comparable, à 792 millions d'euros.


« En 2008 et 2009, nous avons bénéficié d'une météo quasi idéale, c'est-à-dire, pour nous, un hiver rude et un beau printemps. En 2010, cela a été moins le cas et nous avons aussi été impactés par les problèmes sociaux de la fin d'année ». « Pour autant, nous continuons de progresser deux fois plus vite que le marché dont les chiffres 2010 devraient s'établir entre - 1,5 % et - 3 % », poursuit celui qui, en mars de l'année passée, tablait pourtant sur une croissance de plus de 10 %...


Pas de quoi, cependant, selon lui, remettre en question le plan de développement qui consiste, notamment, à faire passer les 50 points de vente Vive Le Jardin rattachés au groupe à l'enseigne L'Esprit Jardiland (un concept de 3.000 m² pour les villes de 10.000 à 20.000 habitants), dans une logique de convergence de marque, ni à renoncer au développement dans la péninsule ibérique. L'ambition d'augmenter de 100 unités au total le nombre de magasins sous l'enseigne à l'horizon 2015 reste intacte. Elle passera également par le recrutement de pépinières indépendantes par le biais de la franchise.


De grands espoirs en Espagne

Au 31 janvier, Jardiland exploitait 218 points de vente au total, dont 96 magasins intégrés (90 en France, 5 en Espagne et 1 au Portugal) et 104 franchisés (dont 3 en espagne) et 18 affiliés. En 2011, le programme prévoit la création de 21 nouveaux Jardiland, dont 15 du fait de l'adoption de l'enseigne par des Vive Le Jardin ou des affiliés. Selon Guilhem Porcheron, le plan 2015 est d'autant plus atteignable que le groupe aurait « refinancé son fort endettement fin 2010 », un endettement contracté lors de la prise de contrôle du groupe par Michel Conte, l'actuel président alors franchisé.


Par ailleurs, en Espagne, les dirigeants fondent de grands espoirs sur l'adoption de leur concept par deux figures locales du métier, en Catalogne et à Saragosse. Des conversions qui, si elles se confirment, pourrait avoir un effet d'entraînement dans un marché encore peu structuré.


PHILIPPE BERTRAND, Les Echos, 11.03.2011
 

Dernières actualités