Les secteurs

Aldi reste en panne de stratégie après la mort de son cofondateur

02.08.2010, source : Les Echos.fr

imprimer

Le milliardaire Theo Albrecht, décédé à l'âge de quatre-vingt-huit ans, a été enterré hier. Il était à la tête d'un patrimoine de quelque 17 milliards d'euros. Son groupe, Aldi-Nord, est dirigé par Hartmuth Wiesemann, apôtre de la guerre des prix.


On a appris seulement hier, jour de son enterrement, le décès de Theo Albrecht, samedi à Essen, à l'âge de quatre-vingt-huit ans. Le cofondateur de la chaîne de maxidiscompte alimentaire Aldi, et deuxième fortune d'Allemagne avec un patrimoine de quelque 17 milliards d'euros, aura cultivé jusqu'au bout le secret dont il avait entouré ses affaires et sa vie privée. Tout particulièrement depuis l'enlèvement dont il avait été victime en 1971. Resté prisonnier de ses ravisseurs pendant dix-sept jours, il avait été relâché contre une rançon de 7 millions de marks.

La fédération de la distribution allemande (HDE) a salué hier « l'un des entrepreneurs allemands les plus marquants ». De fait, Theo Albrecht a constitué de toutes pièces, avec son frère Karl, aujourd'hui âgé de 90 ans, un géant de la distribution qui réalise aujourd'hui entre 40 et 50 milliards d'euros de chiffre d'affaires mondial, avec environ 8.000 magasins répartis sur trois continents.

Les frères Albrecht ont inventé le « hard discount alimentaire », et, en cela, introduit de nouvelles méthodes de vente qui ont ensuite été adaptées dans d'autres secteurs de l'économie. D'après le « Financial Times Deutschland », ils ont même « rendu socialement acceptable la radinerie la plus résolue dans de larges tranches de la classe moyenne ». Le quotidien y voit une des raisons de la faiblesse chronique de la consommation des ménages allemands.

Les deux frères Albrecht, nés dans les années 1920, ont repris en 1946 l'épicerie tenue par leur mère, qui assurait ainsi un complément de revenu à la famille, alors que son mari, malade des poumons, ne pouvait plus retourner à la mine.

La marque Albrecht Discount est vite devenue Aldi. Face à l'expansion de leur réseau de distribution, les deux frères se sont partagé l'empire naissant en 1960 : à Theo le nord du pays, à Karl le sud. Theo a acheté en 1979 le distributeur américain Trader Joe's, créé en 1958, spécialisé dans l'épicerie bio, avec 342 magasins et des ventes de quelque 8 milliards de dollars. Aldi a débarqué en France à la fin des années 1980, première enseigne de « hard discount » à s'implanter dans l'Hexagone où elle détient aujourd'hui 2,5 % de parts de marché, tandis que son concurrent Lidl, arrivé plus tard, en compte près du double.

Depuis les années 2000, les modèles d'Aldi-Nord et Aldi-Sud ont divergé. Les magasins de Karl Albrecht ont monté en gamme, offrant plus de services à leurs clients, pour faire face à la concurrence toujours plus féroce des Lidl et autres discounters. Les magasins de Theo, au contraire, sont connus pour faire fonctionner tout le matériel jusqu'au dernier souffle, la réduction des coûts y étant poussée à l'extrême. D'après une enquête de « Manager Magazin », Aldi-Nord est actuellement face à un problème de management.

L'homme de confiance de Theo Albrecht, Hartmuth Wiesemann, qui a fait toute sa carrière au sein du groupe, le dirige d'une main de fer. Et refuserait d'envisager une autre stratégie que la guerre des prix. Les deux fils de Theo Albrecht, Theo Junior, 59 ans, et Berthold, 55 ans, siègent bien au conseil de gestion, mais n'interviennent pas dans la gestion opérationnelle. Theo Albrecht avait prévu un plan de succession. Ses avoirs sont placés dans des fondations qui « garantiront l'expansion future de la société », a indiqué Aldi-Nord.


KARL DE MEYER, Les Echos, le 29.07.10

Dernières actualités