Publi-interview franchisé

S. Pechiodat (Laforêt) : « La franchise était un appui pour commencer une carrière d’entrepreneur »

2011-11-22T08:22:00+02:00

22.11.2011, 


imprimer

Ancien cadre commercial, Samuel Pechiodat, 43 ans, a rejoint en 2003 le réseau Laforêt. Après la création de sa première agence à Saint-Max, près de Nancy (54), il compte aujourd’hui à son actif cinq agences et 20 salariés, proches de l’agglomération nancéienne.

Samuel Pechiodat
Crédits photo : DR
Samuel Pechiodat, multi-franchisé Laforêt dans l'agglomération nancéienne.

Construction du projet

Ce qui vous a motivé à devenir créateur d’entreprise ?

J’étais commercial dans le secteur automobile depuis une douzaine d’années mais j’avais la sensation d’être arrivé en « fin de cycle ». C’est alors que j’ai entamé une véritable réflexion sur mon avenir professionnel. J’avais envie de créer quelque chose mais quoi ? Et comment ? Toutes ces questions se bousculaient quand je suis parvenu à franchir le pas.


Pourquoi avoir crée en franchise ?

Pour moi, la franchise représentait une expérience commerciale intéressante car je n’avais pas la maturité nécessaire pour créer une entreprise. La franchise était donc un appui pour commencer une carrière d’entrepreneur. Elle m’apportait un savoir-faire nécessaire. Cela a été un paramètre décisif pour opter pour la franchise.

Choix de l’enseigne

Ce qui vous a séduit chez le franchiseur ?

J’ai démarché dans la franchise en général par l’intermédiaire des salons ou d’Internet, en sélectionnant quelques métiers qui m’intéressaient. J’ai rencontré différents franchiseurs et comparé l’offre de chacun. A l’issue de ces recherches, j’ai ressenti davantage d’affinités avec Laforêt, bien que le marché de l’immobilier ne m’était pas familier et que je n’en maitrisais pas les connaissances. En fait, je suis arrivé au bon moment. L’enseigne recherchait des personnes qui n’étaient pas obligatoirement issues du marché de l’immobilier mais qui avaient un profil commercial, ce qui me correspondait pleinement.


Comment avez-vous convaincu le franchiseur ?

Nous nous sommes convaincus mutuellement : il a apprécié mon atout commercial et son appui m’était indispensable. Ce fut donc un contact très naturel. La détermination qui m’animait a sans doute plu.

Quotidien du franchisé

Comment avez-vous appliqué le savoir-faire de l’enseigne ?

Laforêt proposait une formation aux créateurs d’entreprises. Cette formation se déroulait en alternance au siège de l’enseigne et était dispensée par des franchisés. L’application du savoir-faire commence dès ce moment. L’objectif de ces formations était de mettre en commun des horizons commerciaux très différents les uns des autres, ce qui était très riche et formateur. Aujourd’hui, nous avons des outils communs, comme un logiciel, nous travaillons en réseau. Un client sera reçu de la même manière à Nancy et Marseille, nous partageons les fichiers de tous nos clients.


Bénéfices et contraintes de votre nouvelle vie de franchisé ?

En franchise, il faut accepter les avantages comme les inconvénients. Les avantages sont nombreux : un réseau national, la notoriété de l’enseigne, la formation continue de compétences, l’accompagnement dont on dispose dans le développement de l’entreprise, la liberté d’entreprendre sont aussi des atouts majeurs et m’ont poussé à devenir un chef d’entreprise. Cependant, le niveau d’exigences par rapport à notre métier est très élevé. Le marché de l’immobilier ne cesse d’évoluer et demande un réajustement des outils afin de nous adapter aux nouveautés. Il faut avoir conscience de tout cela et l’accepter.

Dernières actualités