Publi-interview franchisés

S. et R. Pesce (La Mie Câline) : « L’accompagnement de la franchise est bien préférable à l’indépendance pure »

2012-05-02T08:37:00+02:00

02.05.2012, 


imprimer

Sabrina et Robert Pesce, respectivement 34 et 39 ans, s’épanouissent à Lens (62) au sein du réseau de restauration rapide La Mie Câline. Depuis novembre 2010, ils exploitent leur magasin, accompagnés de leur fidèle équipe de cinq employés.

Construction du projet

Ce qui vous a motivés à devenir créateurs d’entreprise ?

Je suis originaire de Boulogne-sur-Mer (62), et j’ai été auxiliaire de vie auprès des personnes âgées, avant de travailler dans la vente, en prêt-à-porter et en boulangerie. Mon époux, quant à lui, est originaire d’Aubagne (13). Il a été boulanger avant d’ouvrir, en 1998, un commerce « Tabac-Loto-PMU » à Marseille (13), revendu dix ans plus tard, lorsque nous avons décidé de remonter vivre dans le Pas-de-Calais. Je souhaitais me rapprocher de ma famille, et mon mari appréciait beaucoup le Nord de la France, où son accent du Sud avait d’ailleurs grand succès. Parents de deux garçons qui ont aujourd’hui 12 ans et 14 mois, nous avons toujours travaillé ensemble, et il serait d’ailleurs inconcevable pour nous que cela se passe autrement. Mon second fils est né peu après l’ouverture de notre magasin La Mie Câline de Lens.


Pourquoi avoir créé en franchise ?

Mon mari a de l’ambition. Depuis plusieurs années, il souhaitait travailler de nouveau en boulangerie, dans un système qui nous permette d’être ensemble, lui aux fonctions techniques, moi au commercial, à la gestion et au management. Professionnellement, nous ne voulions cependant plus être seuls, ayant pris conscience que l’accompagnement de la franchise est bien préférable à l’indépendance pure.


Choix de l’enseigne

Ce qui vous a séduits chez le franchiseur ?

En 2009, à l’époque de Noël, nous sommes allés acheter des galettes à La Mie Câline de Boulogne-sur-Mer. Mon mari, fervent défenseur de la méthode traditionnelle, a été agréablement surpris par la qualité des produits de l’enseigne, pourtant fabriqués de manière industrielle. Puis, lors de notre rencontre avec le franchiseur, nous avons apprécié l’esprit familial et le sens des valeurs humaines développés par l’enseigne, bien avant les aspects financiers.


Comment avez-vous convaincu le franchiseur ?

Nous avions à notre actif une première expérience réussie de gestion d’un fonds de commerce, avec deux employés. De surcroît, nous étions très motivés, aussi bien par le concept développé par l’enseigne que par la perspective de revenir dans le Nord-Pas-de-Calais.

Quotidien du franchisé

En quoi le savoir-faire de l’enseigne vous aide-t-il au quotidien ?

A la suite de deux stages d’un mois chacun, à dominante technique puis pratique, nous avons passé un examen, afin de valider notre cursus. Notre point de vente La Mie Câline a été implanté dans le local d’une ancienne mercerie, en centre-ville de Lens. Quatre journées d’affilée, plusieurs responsables de l’enseigne sont venus nous aider à faire le moins d’erreurs possibles, notamment lors de l’ouverture du magasin. Nos cinq employés (un sandwichman, un croissantier, et trois vendeuses) avaient déjà suivi trois semaines de stage avant leur démarrage effectif, et chacun était prêt à son poste. Une fois par trimestre, un animateur de réseau nous rend visite, notamment pour nous aider dans la mise en place des plans d’action marketing : publicités à l’Epiphanie, la Saint-Valentin, à Pâques, distribution de flyers à propos des nouveaux concepts de produits et de services, animations commerciales, etc. Régulièrement, les responsables de l’enseigne nous contactent pour faire le point de l’activité, à partir des résultats visibles sur l’Intranet, ou tout simplement pour nous féliciter. L’équipe du magasin est fière d’avoir remporté son premier challenge des « meilleurs vendeurs de salades » et, après dix-huit mois d’activité, notre seuil de rentabilité est dépassé. Chaque magasin bénéficie d’une page Internet, qui augmente sa visibilité. Au plan de l’exploitation quotidienne, nous disposons de fiches techniques, de fiches de postes pour le personnel, de procédures liées à l’hygiène et à la qualité des produits, etc. Nous sommes très bien suivis par l’enseigne. Deux fois par an, nous sommes conviés à participer à des réunions régionales, qui traitent des lancements de gamme, des nouveaux concepts, des actions de communication et des innovations du réseau.


Bénéfices et contraintes de votre nouvelle vie de franchisés ?

Notre objectif est d’aller de l’avant, et d’acquérir toujours plus d’expérience. Lorsque nous exploitions le Tabac-Loto-PMU, les tâches à effectuer ne variaient pas. Avec La Mie Câline, nous apprenons tous les jours, et nous sommes guidés par l’encadrement, de façon à demeurer dans la droite ligne du concept développé par l’enseigne. Les difficultés au quotidien sont davantage liées au management de cinq personnalités différentes, celles de nos employés qui nous ont fidèlement accompagnés depuis le démarrage de l’activité. Notre vœu le plus cher est de gérer notre affaire le plus longtemps possible, ensemble avec l’enseigne, dans le même état d’esprit familial. Mon mari songe déjà au futur, et à l’ouverture d’un second magasin La Mie Câline.

Pourquoi rejoindre ce réseau ?

La Mie CâlineLa Mie Câline : une valeur sûre

Demander une documentation Ajouter à ma sélection Voir la fiche Actu du réseau
Actualité de l'enseigne
Dernières actualités