Publi-interview franchisé

M. Giret (La Mie Câline) : « J’ai été séduit par la dimension humaine de l'entreprise »

2011-05-03T09:49:00+02:00

03.05.2011, 


imprimer

Après une longue carrière dans la restauration et une première expérience en franchise dans la distribution alimentaire, Michel Giret, 45 ans, a rejoint La Mie Câline. Son magasin a ouvert en octobre 2010 à Fontainebleau.

Michel Giret
Crédits photo : DR
Michel Giret, franchisé La Mie Câline

Construction du projet

Ce qui vous a motivé à devenir créateur d’entreprise ?

J'ai occupé pendant près de 15 ans des postes à responsabilité pour différentes entreprises de restauration collective dans le milieu hospitalier, des maisons de retraite, de grandes entreprises publiques et même dans une organisation internationale. Fort de cette expérience, j'ai souhaité en 2004 voler de mes propres ailes. Les possibilités d'évolution proposées par mon précédent employeur ne correspondaient plus à mes envies. Les contraintes internes d'une grande entreprise telles que l'impossibilité de décider par soi-même ou la nécessité d'un reporting constant me pesaient. Je ressentais un besoin d'indépendance. C'était un challenge personnel : je souhaitais voir si j'étais capable de créer une entreprise, d'assumer moi-même mes décisions, de faire vivre une structure et des salariés. Devenir chef d'entreprise allait me permettre de me réaliser professionnellement.


Pourquoi avoir créé en franchise ?

La création en franchise est rassurante. Le concept et les produits ont été éprouvés par le franchiseur dans ses magasins en propre. En tant que franchisé, vous bénéficiez également de la renommée nationale de l'enseigne pour votre entreprise. Et si le réseau se développe, cela prouve que le concept est bon et que chaque unité peut espérer prospérer.

Choix de l’enseigne

Ce qui vous a séduit chez le franchiseur ?

Dès 2004, j'ai souhaité rejoindre la Mie Câline, mais mes capitaux étaient insuffisants. Dans un premier temps, j'ai donc repris un magasin 8 à Huit, que je possède toujours aujourd'hui, mais qui est désormais géré au quotidien par un directeur. La Mie Câline m'a séduit par la dimension humaine de l'entreprise. Le discours quasi-familial de la tête de réseau m'a plu. J'ai tout de suite senti que les produits étaient maîtrisés car réalisés par le franchiseur lui-même, qu'un échange était possible avec les responsables de l'enseigne. Enfin, c'était un domaine de la restauration que je n'avais pas encore exploré.


Comment avez-vous convaincu le franchiseur ?

J'ai déjà fait l'expérience du commerce de proximité et je suis un bon commerçant. En outre, je viens de la restauration, ce qui était rassurant pour le franchiseur. Enfin, mon envie de créer ex-nihilo une entreprise les a séduits. C'était un nouveau défi pour moi, très différent de la reprise d'une structure déjà existante, comme ce fut le cas pour 8 à Huit.

Quotidien du franchisé

Comment avez-vous appliqué le savoir-faire de l’enseigne ?

De début janvier à fin février 2010, j'ai suivi une formation, répartie en quatre semaines de stage en magasin et quatre semaines plus théoriques au siège. J'ai également effectué quelques remplacements chez mes collègues franchisés, mais pas très longtemps. Mes démarches administratives étaient nombreuses et m'accaparaient à plein temps. En effet, j'ai souhaité mener moi-même tout le travail de prospection pour trouver un emplacement, un financement, etc.


Bénéfices et contraintes de votre nouvelle vie de franchisé ?

Mon magasin a ouvert ses portes en octobre 2010. Les débuts ont été difficiles car le chiffre d'affaires peinait à décoller. Si c'était à refaire, je crois que j'ouvrirais à une période plus propice, comme celle précédant les fêtes de fin d'année. Néanmoins, le franchiseur a toujours été là pour m'épauler. Il m'a aidé à mettre en place des animations marketing pour attirer et fidéliser les clients. Par ailleurs, il faut savoir que c'est une activité très prenante physiquement et en termes de temps. La préparation des produits, notamment, est importante. Il faut donc pouvoir tenir le coup. Heureusement, la solidarité entre les franchisés est réelle : nous nous appelons et nous rencontrons régulièrement, tout comme avec les équipes du franchiseur. Ce que j'avais pressenti pendant les entretiens de recrutement s’est donc confirmé. C'est assez rare pour être signalé.

Pourquoi rejoindre ce réseau ?

La Mie CâlineLa Mie Câline : une valeur sûre

Demander une documentation Ajouter à ma sélection Voir la fiche Actu du réseau
Actualité de l'enseigne
Dernières actualités