Publi-interview franchiseur

F.-E. Poulain (La Mie Câline) : « Nous accompagnons nos franchisés au jour le jour »

2013-10-24T09:02:00+02:00

24.10.2013, 


imprimer

Réseau de 208 magasins, La Mie Câline multiplie les innovations avec notamment une nouvelle architecture visuelle et un nouveau concept de périphérie. Les précisions de Frank-Eric Poulain, directeur du développement.

[[78347]]

Comment sélectionnez-vous les candidats ?

Nous étudions en interne chaque demande envoyée par les candidats à la franchise La Mie Câline. S’ils correspondent aux critères de l’enseigne, nous leur donnons rendez-vous pour nous assurer qu’ils partagent nos valeurs et ont les qualités nécessaires pour nous rejoindre. Nous recevons environ 3 500 demandes chaque année, et sélectionnons une quarantaine de dossiers. Si nous voulons poursuivre après ce premier rendez-vous, nous leur proposons de contacter des franchisés de leur choix et de réaliser des journées d’observation pour vérifier leur adéquation avec le métier ; ensuite nous organisons une deuxième rencontre avec le candidat, qui se présente devant un comité d’agrément composé du directeur général, de l’un des fondateurs de La Mie Câline, d’une personne des ressources humaines, d’une personne du service juridique et de moi-même. A l’issue de cette journée, la décision finale est prise. Si les candidats sont validés, ils peuvent s’inscrire à la formation et commencer à étudier les projets de créations et de reprises.


Quelle aide apportez-vous à l’installation des adhérents ?

Tous les candidats franchisés suivent une formation initiale de plusieurs semaines. Ils commencent par deux semaines de formation théorique afin d’apprendre les bases du métier, puis passent trois semaines au sein d’un magasin formateur. Ils vont alors passer deux à trois jours sur tous les postes du magasin : boulanger, sandwichman, vendeur, gestionnaire… C’est lors de cette étape qu’ils vont vraiment savoir s’ils sont faits pour ce métier. En effet, à ce stade, il est encore temps d’abandonner le projet pour les candidats qui se rendent compte que le métier n’est pas fait pour eux. Ensuite, ils passent deux semaines dans un autre magasin La Mie Câline, pour découvrir une typologie différente de point de vente. Puis, ils suivent à nouveau deux semaines de formation théorique sur des sujets comme le management, le juridique ou le recrutement à Saint-Jean-de-Monts (85), le siège de l’enseigne. A la fin, nous leur faisons passer un examen pour vérifier qu’ils ont acquis les connaissances nécessaires, et cela nous permet de voir les axes de progrès de chacun. Nous organisons ensuite des missions de perfectionnement pour que chaque candidat puisse s’améliorer dans son domaine le plus faible. C’est une formation longue, mais avant d’ouvrir son point de vente, il faut être ultra-prêt.
Ensuite vient le moment du positionnement sur le projet de leur choix parmi les créations et les reprises proposées (et dans les cas de reprises commencent à négocier). Les franchisés font alors un prévisionnel détaillé avec un expert-comptable. Nous les accompagnons pour monter  le dossier de financement et l’envoyons aux pôles franchise des banques, avec qui nous avons des relations de confiance. Une fois le local acheté, le franchisé réalise ses travaux si besoin, et peut enfin démarrer son activité ! Pendant les 6 premiers mois d’exploitation, le suivi est renforcé au niveau de la technique produit, des ventes et de l’hygiène, pour que le franchisé puisse atteindre le seuil de rentabilité le plus rapidement possible. Notre accompagnement est très fort durant cette période car elle est fondatrice de la relation future avec nos franchisés.

Comment accompagnez-vous les adhérents en difficulté ?

Nous accompagnons les franchisés La Mie Câline au jour le jour, ce qui permet de détecter rapidement les problèmes. Quand un franchisé a des difficultés sur un poste particulier, nous mobilisons les équipes pour tenter de le régler. Par exemple, s’il a un problème de gestion du personnel, l’animateur va l’aider sur la partie managériale, ou s’il y a un souci de rentabilité, nous allons travailler ensemble à l’optimisation des ratios.
Nous avons également créé un fonds de solidarité qui peut aider financièrement les franchisés en cas de problème grave comme un décès, un incendie ou des travaux importants devant son magasin. Chaque magasin La Mie Câline donne 100 euros par an pour alimenter le fonds, et quand une demande est formulée, un comité de franchisés se réunit pour décider de débloquer des fonds ou non pour un de leurs confrères en difficulté.


Quel bilan faites-vous de l’année écoulée et quelles sont vos perspectives de développement ?

Nous avons connu un début d’année difficile à cause de la météo, mais les 2e et 3e trimestres ont été positifs. 2013 a réellement été une année de transition car nous avons changé l’architecture visuelle de nos magasins, refait le logo et la couleur des façades. Nous avons donc mis un coup de frein aux ouvertures, qui seront au nombre de 9 à la fin de l’année, en plus d’une vingtaine de reprises. Cela pour mieux accompagner nos franchisés en place dans le changement de leur identité visuelle : d’ici la fin de l’année, 150 magasins devraient avoir adopté les nouvelles couleurs de La Mie Câline, soit les trois quarts du réseau. Nous avons également développé un nouveau concept pour démarrer notre développement en périphérie de ville. Nous comptons actuellement 3 magasins sous ce nouveau format. Nous avons aussi ouvert en bordure d’autoroute, et allons ouvrir en gare début 2014. Les zones de transit sont un axe de développement que nous souhaiterions conserver. Enfin, nous avons été élus Réseau d’or par l’Indicateur de la franchise, avec plus de 97 % de nos franchisés satisfaits de leur franchiseur : une vraie satisfaction pour toute l’équipe.

Pourquoi rejoindre ce réseau ?

La Mie CâlineLa Mie Câline : une valeur sûre

Demander une documentation Ajouter à ma sélection Voir la fiche Actu du réseau
Actualité de l'enseigne
Dernières actualités