Publi-interview franchisé

L. Guillaume-Girardot (La Croissanterie) : « L’enseigne accompagne et soutient ses franchisés avec professionnalisme »

2014-10-27T08:01:00+02:00

27.10.2014, 


imprimer

Lilian Guillaume-Girardot, 44 ans, a ouvert son établissement La Croissanterie à Aix-en-Provence (13) le 24 mai 2014, et y emploie cinq salariés. Il constate avec satisfaction que la réalité correspond à son analyse et aux prévisions établies avec l’enseigne.

Lilian Guillaume-Girardot, La Croissanterie
Crédits photo : Droits réservés
Lilian Guillaume-Girardot, franchisé La Croissanterie à Aix-en-Provence (13).

Construction du projet


Qu’est-ce qui vous a motivé à devenir créateur d’entreprise ?

Mon parcours professionnel diversifié m’a amené à identifier ce qui me convenait ou non dans ma vie. Après une période durant laquelle j’ai été éducateur en centre éducatif, puis éducateur sportif, j’ai entrepris à 30 ans un diplôme de "technicien supérieur de gestion PME-PMI", puis je suis devenu responsable d’un supermarché. Un diplôme de négociateur immobilier est venu compléter mon expérience sur les aspects liés à la gestion d’une structure. Mon dernier emploi m’a amené à travailler pour la Chambre de Commerce de Toulon (83). L’âge avançant, j’ai souhaité créer et porter un projet personnel. L’entrepreneuriat s’avère être une expérience des plus excitantes. C’est aussi une adrénaline constante. Devenir mon propre patron, devenir autonome, capitaliser sur la durée, construire un patrimoine pour mes enfants : toutes ces raisons constituent une source d’enrichissement et de motivation extraordinaire.


Pourquoi avoir créé en franchise ?

La franchise permet d’être accompagné par une enseigne qui a déjà fait ses preuves. La formule a donc déjà été pratiquée et éprouvée par d’autres membres du réseau, et le candidat franchisé peut ainsi prendre du recul et analyser sereinement les perspectives de rentabilité. N’ayant pas de domaine de prédilection, j’ai étudié le marché de la franchise durant plusieurs mois, sur Internet et dans les magazines spécialisés. Je voulais absolument exercer une activité en galerie marchande de centre commercial, qui garantit une visibilité maximale et donc une forte fréquentation. La restauration rapide, en pleine évolution, convenait parfaitement à ce type d’implantation.


Choix de l’enseigne


Qu’est-ce qui vous a séduit chez le franchiseur ?

En comparant à tête reposée les offres des différentes franchises de restauration rapide, La Croissanterie m’est apparue comme la plus sérieuse, notamment en termes de formation et de suivi, tant sur la qualité des produits que sur les process d’exploitation et les règles d’hygiène, et ce pour une gamme bien diversifiée et en constante évolution. L’entretien que j’ai eu au siège de l’enseigne avec l’équipe de développement du réseau s’est déroulé très naturellement, dans une atmosphère de réelle écoute.


Comment avez-vous convaincu le franchiseur ?

Mon expérience en grande distribution et ma formation axée sur le management et l’analyse financière constituaient une base opérationnelle utile pour gérer un point de vente en restauration rapide. J’avais soigneusement mûri mon projet, et mon choix d’enseigne reposait sur une solide réflexion. Déterminé à devenir franchisé La Croissanterie, j’en éprouvais aussi l’envie, et j’étais prêt à déménager pour saisir une opportunité d’implantation.


Quotidien du franchisé


En quoi le savoir-faire de l’enseigne vous aide-t-il au quotidien ?

Lorsque Chantal Daily et Fabrice Grenier, responsable du service "développement" de l’enseigne, m’ont proposé de m’installer dans la galerie marchande du Géant Casino "Jas de Bouffan" à Aix-en-Provence (13), qui devait accueillir 35 boutiques supplémentaires dans le cadre de son agrandissement, je n’ai pas hésité. Mon point de vente, d’une surface totale de 93 m², bénéficie d’une terrasse de 40 m². Les espaces en ont été optimisés par l’architecte et le service "travaux" de La Croissanterie, et le suivi du chantier a été réalisé par un maître d’œuvre référencé par l’enseigne. Pour le démarrage de mon point de vente, mon équipe et moi avons été accompagnés durant plus de dix jours par notre responsable régional, et surtout par un moniteur de fabrication, qui nous alertait sur tous les aspects à améliorer dans notre travail. Depuis peu, nous optimisons nos commandes informatisées en regroupant les produits surgelés, secs, et frais, car les livraisons sont désormais réalisées en camions compartimentés, deux fois par semaine. Les statistiques mises à notre disposition sont très pointues, et décomposent notamment les coûts produits et matières. De nouveaux produits sont parfois testés par les succursales, avant d’être proposés aux franchisés.

Préalablement à l’ouverture de mon établissement, j’ai suivi une formation d’une semaine au siège de l’enseigne, qui m’a permis de découvrir les services internes, et six semaines d’intégration en succursale La Croissanterie à Aix-les-Milles. Mes salariés ont également été formés : quinze jours pour un vendeur-préparateur, et quatre semaines pour un assistant de fabrication. La standardisation des process permet de gagner du temps, mais également de fidéliser notre clientèle, qui retrouve dans chaque magasin La Croissanterie la même qualité de produit et d’hygiène (port de tablier, de gants, de casquette, de charlotte par tous les employés). Régulièrement, l’animateur de production, le responsable régional, et le responsable de réseau, réalisent un accompagnement pédagogique, mais aussi un contrôle-qualité sur site. Le moindre problème sur un produit doit être remonté, photos à l’appui, au service "achats", qui se charge de le résoudre. Enfin, différentes rencontres favorisent les échanges concrets au sein du réseau, et particulièrement "Les Ateliers de la Franchise", journée nationale organisée en tables rondes.


Quels sont les bénéfices et contraintes de votre nouvelle vie de franchisé ?

Ma charge de travail a doublé, et j’ai de nouveau la responsabilité d’une équipe. Mais j’éprouve la satisfaction d’être mon propre décideur et de pouvoir mettre mes idées en application. Toutes les étapes préalables à l’ouverture (montage de dossier, financement, bail, etc.) ont été accompagnées, faciles à vivre, et le chiffre d’affaires de mon établissement est en progression constante, bien que les travaux ne soient pas tout à fait terminés dans la galerie marchande. Je ne suis pas déçu de mon choix. J’ai le sentiment de ne pas m’être trompé, et j’envisage de créer un second point de vente La Croissanterie courant 2016, car l’enseigne accompagne et soutient ses franchisés avec professionnalisme.

Dernières actualités