Publi-interview franchisé

I. Roty (KFC) : « Devenir franchisé au sein de ce réseau m'apparaissait comme gagnant-gagnant »

2011-03-22T08:49:00+02:00

22.03.2011, 


imprimer

Salarié de KFC depuis 16 ans, Ivan Roty a décidé de se lancer en franchise à 40 ans, en reprenant en avril 2010 le restaurant KFC de Nîmes (Gard). Trois mois plus tard, il en a créé un second, à Alès.

Ivan Roty
Crédits photo : DR

Construction du projet

Ce qui vous a motivé à devenir créateur d’entreprise ?

Diplômé d'un Deug de biologie, j'ai effectué toute ma carrière dans le secteur de la restauration rapide. Etudiant, je travaillais chez McDonald's. J'ai gravi les échelons en interne et après quelques années, je suis devenu directeur de restaurant. Puis, j'ai intégré Pizza Hut en 1994. L'enseigne fait partie du groupe Yum ! qui possède également KFC, marque vers laquelle j'ai évolué ensuite. J'ai occupé de nombreux postes à responsabilité, notamment celui de directeur régional pour KFC. En avril 2010, après 22 années de salariat, j'ai souhaité capitaliser sur le savoir-faire acquis tout au long de ma carrière, pour construire mon projet entrepreneurial. J'étais animé par une volonté certaine d'indépendance ; je voulais prendre mes propres décisions dans mon entreprise. Enfin, Parisien de naissance, je désirais m'installer avec ma femme dans le Sud pour bénéficier d'un cadre de vie plus agréable.


Pourquoi avoir créé en franchise ?

Ce choix s'est imposé tout naturellement. Tout au long de mon parcours, j'ai toujours travaillé en réseau et pour de grandes enseignes. Créer en franchise était une évidence. Etre seul complique beaucoup la création. Grâce au réseau, le concept, les fournisseurs, les prix sont déterminés. Il ne reste plus qu'à fournir votre force de travail.

Choix de l’enseigne

Ce qui vous a séduit chez le franchiseur ?

Je connaissais KFC, à la fois les valeurs et les qualités de l'enseigne puisque j'en étais salarié depuis de nombreuses années. Devenir franchisé au sein de ce réseau m'apparaissait comme gagnant-gagnant. J'avais confiance en l'équipe dirigeante, qui me paraissait à la hauteur du développement de la marque. En outre, je désirais avoir un établissement d'une certaine taille. Or, il existe peu de réseaux qui vous offrent cette opportunité dans la restauration rapide. Enfin, je n'avais pas les fonds pour une franchise totale. Le système de location-gérance comme le propose KFC était donc idéal pour moi.


Comment avez-vous convaincu le franchiseur ?

Comme nous nous connaissions déjà, les étapes du recrutement ont été simples, mais réelles. En effet, un bon salarié ne devient pas obligatoirement un bon franchisé. Mais ayant occupé des postes à responsabilité, ayant une expérience terrain au sein des restaurants, le franchiseur était conscient de mes compétences, notamment celle de chef d'équipe, et de mon bon relationnel.

Quotidien du franchisé

Comment avez-vous appliqué le savoir-faire de l’enseigne ?

Je partage les valeurs KFC depuis que j’ai intégré la société en 1994. Dans certaines de mes missions, j'ai moi-même été chargé de faire respecter le savoir-faire opérationnel de l'enseigne. Je n'ai donc pas suivi de formation particulière mais j'ai tenu à m'immerger de nouveau pendant 15 jours au sein d'un restaurant afin de revenir aux bases et d'observer tous les postes.


Bénéfices et contraintes de votre nouvelle vie de franchisé ?

Ma femme et moi avons repris un restaurant à Nîmes en avril 2010 et trois mois plus tard, nous en avons créé un second à Alès. Pourtant, notre vie de famille est plus épanouie. Notre cadre de vie et l'organisation de notre temps sont plus agréables. Finis les longs déplacements dans la région Sud dont j'avais la responsabilité jusqu'à présent. J'éprouve du plaisir tous les matins en partant travailler, aussi bien au contact des clients que de mes équipes. La seule contrainte aujourd'hui est l'immensité des tâches administratives à accomplir. Ensuite, j'ai une responsabilité supplémentaire, celle de 120 personnes. En effet, mes collaborateurs me font confiance et leur développement est lié au mien.

Dernières actualités