Publi-interview franchisé

F.Guérin (KFC) : « J’ai souhaité créer mon entreprise pour manager mes équipes selon mes propres valeurs »

2009-12-16T10:14:00+02:00

16.12.2009, 


imprimer

François Guérin a rejoint KFC en mars 2008. Après avoir repris un premier restaurant à Creil, l’homme est désormais à la tête de trois unités, à Goussainville et Compiègne, en région parisienne.

François Guérin
Crédits photo : Droits réservés
François Guérin, franchisé KFC

Construction du projet

Ce qui vous a motivé à devenir créateur d’entreprise ?

Mes parents étaient charcutiers-traiteurs puis, éleveurs de chevaux en Normandie, toujours à leur compte. J’avais donc la culture du chef d’entreprise qui travaille et gère ses équipes comme une famille. Après 13 années comme salarié dans la restauration rapide, en tant que directeur d’unité puis directeur régional, j’ai souhaité créer mon entreprise pour être autonome et manager mes équipes selon mes propres valeurs.


Pourquoi avoir créé en franchise ?

Si je m’étais lancé seul dans la restauration rapide, le développement de mon entreprise aurait été plus long et certainement plus limité et coûteux. Je souhaitais pouvoir partager mon expérience avec d’autres entrepreneurs. Je ne me voyais pas ouvrir en solo et créer de A à Z un nouveau concept. J’ai eu besoin d’accompagnement.

Choix de l’enseigne

Ce qui vous a séduit chez le franchiseur ?

Je voulais rejoindre un réseau avec un fort potentiel de développement. Par conséquent, j’ai éliminé toutes les petites structures. En outre, KFC arrivait en France au moment où je voulais me lancer. Faire partie d’une enseigne de la restauration rapide était un plus pour moi. C’était plus facile de me développer. Participer au lancement de l’enseigne en France, construire le réseau et développer une relation franchisé-franchiseur me paraissait également être une expérience intéressante.


Comment avez-vous convaincu le franchiseur ?

KFC cherchait des franchisés qui souhaitaient s’impliquer dans leur restaurant, au côté de leurs équipes. Ils voulaient des chefs d’entreprises opérateurs et non de purs investisseurs. D’ailleurs, ce qu’il voulait savoir de moi c’était quel type de patron j’allais être et comment j’allais travailler dans mon entreprise.

Quotidien du franchisé

Comment avez-vous appliqué le savoir-faire de l’enseigne ?

J’ai suivi une formation pendant 4 mois. J’ai appris le concept, le processus de fabrication des produits, l’accueil client, les normes KFC… La grande partie de cette formation s’est effectuée dans les restaurants de l’enseigne. Quelques journées au siège ont ponctué ces quatre mois. En parallèle de cette formation, j’ai entrepris toutes les démarches administratives liées à la création de mon entreprise. Lors de l’ouverture, j’ai été accompagné également. KFC s’adapte à chaque franchisé selon ses besoins. Par exemple, lorsque j’ai repris mon troisième restaurant à Compiègne, j’ai demandé à ce que le directeur du restaurant reste huit jours de plus. Ca n’a posé aucun problème.


Bénéfices et contraintes de votre nouvelle vie de franchisé ?

Mon développement a été assez rapide. J’ai eu le temps d’apprendre mon métier et très vite, j’ai repris deux autres restaurants. Ma femme m’a rejoint. Elle s’occupe désormais de la comptabilité et de la gestion. L’aventure est devenue familiale. Je n’ai eu aucune mauvaise surprise concernant la rentabilité de mon affaire. J’ai pu entreprendre jusqu’à maintenant tous les projets qui me tenaient à cœur avec l’appui du franchiseur.

Dernières actualités