Publi-interview franchisé

Gilles Roy (In&Fi Crédits) : « Nous dépassons notre prévisionnel »

2010-02-18T01:21:00+02:00

18.02.2010, 


imprimer

Issu du secteur bancaire, Gilles Roy a tenu pendant douze ans une franchise dans le secteur de réparation automobile avant de revenir au monde de la finance. Aujourd’hui courtier en prêt sous enseigne In&Fi à Valence, il savoure la qualité de ses relations avec les client.

Dominique Lambert et Gilles Roy
Crédits photo : Droits Réservés
Dominique Lambert et Gilles Roy, franchisés In&Fi Crédits

Construction du projet

CE QUI VOUS A MOTIVÉ À DEVENIR CRÉATEUR D’ENTREPRISE ?

J’ai commencé ma carrière professionnelle dans le monde bancaire en 1974 d’abord derrière le guichet pour ensuite devenir démarcheur, conseiller clientèle puis responsable du service accueil. En 1986, j’ai eu envie de sortir de ce carcan pour voler de mes propres ailes. Dans la banque, on reste assis à attendre les clients venir à soi. Moi, je voulais apporter du service. J’ai ouvert une franchise de réparation rapide automobile sous l’enseigne Plein Pot, qui a ensuite fusionné avec Speedy.


POURQUOI AVOIR CRÉÉ EN FRANCHISE ?

Je ne possédais pas de savoir-faire métier. Le soutien d’une enseigne permet de gagner beaucoup de temps pour démarrer son activité. Ensuite, je me suis beaucoup investi dans l’association des franchisés pour développer le réseau quantitativement –en aidant le franchiseur à trouver des candidats- et qualitativement en partageant mon expérience avec les nouveaux venus. En 2001, l’arrivée des 35 heures risquait de rogner nos marges car notre activité réclame de grandes amplitudes horaires. J’ai décidé de vendre à Speedy mes quatre centres et de créer une nouvelle entreprise en franchise.

Choix de l’enseigne

CE QUI VOUS A SÉDUIT CHEZ LE FRANCHISEUR ?

D’abord, le secteur d’activité. Je voulais renouer avec le monde de la finance. J’ai contacté plusieurs réseaux. Il faut être attentif car certains se mettent en place à partir d’une simple idée sans avoir développé au préalable un savoir-faire. C’est chez In&Fi que j’ai trouvé le profil que je cherchais : une enseigne qui fait évoluer le réseau non pas dans son seul intérêt mais aussi dans celui de ses franchisés. Cette complémentarité est primordiale.


COMMENT AVEZ-VOUS CONVAINCU LE FRANCHISEUR ?

D’abord en me présentant en duo avec un associé, Dominique Lambert. Mon partenaire vient de l’industrie mais connaît bien la création et la gestion d’entreprise. Il m’a paru intéressant de travailler ensemble sur ce projet pour mieux l’appréhender. Un cabinet de courtage en crédits demande beaucoup de travail. Nous avons aussi souligné ma bonne connaissance du fonctionnement d’un réseau. Et surtout, nous avons insisté sur notre volonté de gagner notre vie en bonne adéquation avec le franchiseur. Nous ne nous soucions pas uniquement de notre petite personne. Nous contribuons à la notoriété de l’enseigne.

Quotidien du franchisé

COMMENT AVEZ-VOUS APPLIQUÉ LE SAVOIR-FAIRE DE L’ENSEIGNE ?

Dès le départ, nous avons été accompagnés par la tête de réseau pour monter le projet. Puis nous avons suivi une formation initiale de quatre semaines. Au démarrage de l’activité, en septembre 2008, nous avons été suivis sur le terrain pour mettre en pratique le savoir-faire théorique. Depuis nous avons des contacts réguliers.


BÉNÉFICES ET CONTRAINTES DE VOTRE NOUVELLE VIE DE FRANCHISÉ ?

Les contraintes ? Peu. Il faut juste être disposé à s’adapter aux besoins de la clientèle qui n’est pas toujours disponible pendant les heures de bureau. Quant aux bénéfices, le principal pour moi est les bons rapports que nous entretenons avec les clients grâce aux solutions adaptées que nous leur apportons, en crédit immobilier ou en renégociation et restructuration de prêts. Depuis l’ouverture de l’agence, il y a un an et demi, nous bénéficions d’un bon bouche-à-oreille. Du coup, nous respectons, et même dépassons, notre prévisionnel. Nous avons ainsi embauché une personne six mois en avance par rapport à ce que nous avons initialement prévu.

Dernières actualités