Immobilier : le marché n'est pas reparti partout

28.06.2010, source : Les Echos.fr

imprimer

Les prix de l'immobilier ancien sont supérieurs à ce qu'ils étaient avant la crise à Paris et en petite couronne, selon le réseau Guy Hoquet. Ailleurs, ils n'ont pas regagné ce qu'ils avaient perdu, voire, ils continuent de baisser.


« Le marché va rester soutenu pendant le 2ème semestre 2010, avec des prix de l'immobilier encore attractifs, notamment en province, où ils sont peuvent être encore inférieurs de 15 % à ce qu'ils étaient avant la crise », explique Guy Hoquet, le président du réseau d'agences immobilières du même nom, qui table pour 2010 sur 18.000 ventes au total dans son réseau, soit un peu moins que le niveau d'avant crise. Cette année ses 550 agences immobilières devraient vendre 2,8 biens chacune par mois, contre 2,7 en 2009 et 2,4 au début de la crise en 2008. Pour 2011, il table sur 3 ventes mensuelles par agence. Les prix, eux, sont repartis à la hausse, mais pas partout et il existe de très fortes disparités régionales « qui peuvent atteindre jusqu'à 400 % », dit-il, avec notamment Paris qui est revenu à 7.036 euros en moyenne au m2 mi-2010, contre, à l'autre bout de l'échelle, le Centre à 1.551 euros.


 

Comment le réseau Guy Hoquet élabore ses statistiques

Sur 550 agences immobilières Guy Hoquet, 160 donnent leurs chiffres. Mais attention, les prix indiqués dans le tableau ne sont pas une stricte lecture des prix de ventes effectifs, ils intègrent aussi l'opinion de chacun des 160 agents immobiliers sur son marché local. Représentant l'activité et l'opinion des agents immobiliers Guy Hoquet, ils n'ont donc qu'une valeur stritement indicative.


De fortes disparités régionales


« Il y a encore des opportunités à saisir. Dans certaines régions, les prix sont encore très en-deçà de ce qu'ils étaient avant la crise, comme dans le Grand-Ouest (-18,27 % depuis le 1er janvier 2008) ou dans le Nord-Est (-15,42 % depuis le 1er janvier 2008) », explique Guy Hoquet. Pour lui, c'est donc « le moment d'acheter, surtout que les taux des prêts immobiliers sont historiquement bas ».


A bien regarder ses chiffres, il apparaît que les prix sont actuellement supérieurs à avant la crise dans deux régions seulement : à Paris avec une progression de +6,73 % depuis le 1er janvier 2008 et +10,99 % sur le seul 1er semestre 2010 et dans la petite couronne parisienne où les prix sont de 2,21 % plus élevés à ce qu'ils étaient avant la crise. Partout ailleurs, les prix, même s'ils sont repartis à la hausse dans un certain nombre de régions, restent inférieurs à ce qu'ils étaient avant la crise. La reprise, quand elle existe, n'a donc pas la même vigueur partout.


Les régions où les prix continuent de baisser

Dans certaines régions les prix continuent même de baisser. Selon les chiffres du réseau Guy Hoquet, c'est le cas dans le Centre (-3,53 % en 2009 et -0,42 % au premier semestre 2010), dans le Grand-Ouest (-6,09 % en 2009 et -1,75 % au premier semestre 2010) et dans le Nord-Est (-3,66 % en 2009 et -0,34 % au premier semestre 2010).

MIREILLE WEINBERG, LES ECHOS, le 25.06.10

 

Pourquoi rejoindre ce réseau ?

Guy Hoquet l'ImmobilierUne ambition : révolutionner la profession d’agent immobilier

Demander une documentation Ajouter à ma sélection Voir la fiche Actu du réseau
Actualité de l'enseigne
Dernières actualités