Franchise : Fabrice Abraham (GUY HOQUET L’IMMOBILIER) commente les nouvelles mesures liées à la loi ALUR

2013-11-22T10:40:00+02:00

22.11.2013, 


imprimer

Fabrice Abraham, directeur général du réseau Guy Hoquet l’Immobilier, fait un point sur les tendances actuelles dans le secteur de l’immobilier et donne ses impressions sur la loi ALUR ainsi que son impact sur les clients et professionnels de ce secteur d’activité : « Avec le projet ALUR, le gouvernement nous dit vouloir soutenir l’accès au logement. On ne peut qu’être en accord avec le fait de punir les abus et de renforcer la compétence de ceux qui offrent des services dans ce domaine. Mais parallèlement, nous voyons émerger un ensemble de décisions qui viennent, au contraire, faire monter les prix de l’immobilier ou encore alourdir la facture de l’achat d’un logement, impactant avant tout ceux qui y seront le plus sensibles : les classes moyennes. »

Pour le dirigeant de l’un des réseaux leaders de l’immobilier, les mesures suivantes ont un effet "pervers", direct ou indirect, sur la capacité d’acquisition et donc d’accès au logement, pour nombre de Français.

Il commence par un état des lieux sur l’augmentation des frais de mutation, inscrite au budget 2014 : en région, elle devrait faire passer le montant des frais de notaire pour l’acquéreur de 3,80 % à 4,50 %, soit une augmentation moyenne de 1 400 € par acquisition. De plus, selon les secteurs, il sera possible d’en augmenter le taux : « On grève ici le pouvoir d’achat direct du primo-accédant, pour qui cette augmentation représente une part non négligeable dans l’acte d’achat. Parallèlement, on allège la fiscalité pour les vendeurs de résidences secondaires de 25 %, ceux-là même dont le pouvoir d’achat est plus élevé. C’est pour le moins paradoxal ». Selon Fabrice Abraham les mesures sur les rapports locatifs de la loi ALUR découragent les investisseurs, ce qui à terme fera monter les prix de l’immobilier.

Le DG de Guy Hoquet insiste, selon lui, les rapports locatifs de la loi ALUR auraient un impact négatif sur les investisseurs ce qui entraînerait ensuite une hausse des prix de l’immobilier : « Avec l’encadrement des loyers ou encore la GUL, ce sont cette fois les investisseurs, dont une partie non négligeable de petits épargnants qui préparent leur retraite, qui reçoivent des signaux négatifs. Une baisse de l’investissement à venir qui, en réduisant le nombre de biens mis à disposition, sera de nature à faire monter les prix et assécher le parc locatif privé, provoquant l’inverse de l’effet escompté pour les locataires et les futurs acquéreurs. »

Il conclut sur l’augmentation de la pression fiscale généralisée qui est particulièrement concentrée sur les classes moyennes, elle serait responsable, selon lui, d’une réduction du pouvoir d’achat des Français et nuirait donc, à leurs projets d’acquisition : « A cette pression fiscale en augmentation s’ajoute le flou entretenu par la valse de la taxation des plus-values, qui a eu un effet décourageant chez les vendeurs, bloquant leurs projets. », constate-t-il finalement.

Guy Hoquet l’Immobilier est un réseau de 500 agences et cabinets d’affaires répartis en France et à l’international. Troisième réseau d’agences immobilières franchisées du marché français, cette société appartient au groupe Nexity.

Pourquoi rejoindre ce réseau ?

Guy Hoquet l'ImmobilierUne ambition : révolutionner la profession d’agent immobilier

Demander une documentation Ajouter à ma sélection Voir la fiche Actu du réseau
Actualité de l'enseigne
Dernières actualités