Publi-interview franchisé

V. Sol Dourdin (Foncia) : « Devenir créatrice d’entreprise signifiait pour moi continuer à vivre passionnément »

2010-02-13T01:01:00+02:00

13.02.2010, 


imprimer

Valérie Sol Dourdin a créé son agence immobilière en septembre 2007 à Roanne. Elle a rejoint Foncia pour sa notoriété nationale et son savoir-faire dans les trois métiers de l’immobilier (administration de biens, transaction et gestion immobilière).

Valérie Sol Dourdin
Crédits photo : Droits réservés
Valérie Sol Dourdin a créé son agence immobilière en septembre 2007 à Roanne

Construction du projet

Ce qui vous a motivée à devenir créatrice d’entreprise ?

J’ai eu besoin de me réaliser personnellement. Après 4 ans dans un cabinet comptable puis 20 années comme directrice financière d’une entreprise de fabrication de canapés, j’avais envie d’aller vers de nouveaux horizons. Je voulais acquérir un autre savoir, de nouvelles compétences, être confrontée à de nouveaux défis. Mon désir était de créer une structure, non d’en reprendre une pour façonner une équipe, instaurer des méthodes de travail, donner naissance à une entreprise. Devenir créatrice d’entreprise signifiait pour moi continuer à vivre passionnément.


Pourquoi avoir créé en franchise ?


La franchise est un vecteur important de développement commercial. Une agence Foncia bénéficie rapidement de la notoriété de la « marque » qui donne confiance au client parce qu’il a déjà apprécié les services de la marque par ailleurs. De plus, grâce à la franchise, je retrouve le fonctionnement collégial que j’apprécie particulièrement. Il y a un vrai échange entre franchisés et avec le franchiseur, ce qui est rassurant. Pour moi, c’était indispensable. En tant que créatrice d’entreprise, j’avais besoin de ce soutien qui donne confiance.

Choix de l’enseigne

Ce qui vous a séduite chez le franchiseur ?

J’ai pris du temps pour prospecter, regarder, analyser les différentes méthodes de travail des réseaux immobiliers. Foncia m’a séduit par son sérieux. C’est un poids lourd du secteur immobilier. Le réseau existe depuis longtemps et est bien implanté sur le territoire. Ce maillage permet un échange entre franchisés et de réelles synergies. Surtout, Foncia a un savoir-faire dans les trois métiers de l’immobilier à savoir l’administration de biens, la transaction commerciale et la gestion immobilière. Les autres réseaux se consacraient plutôt à la transaction. Cette triple compétence était essentielle pour moi. Je voulais accompagner mes clients dans leur projet.


Comment avez-vous convaincu le franchiseur ?

Mon parcours professionnel est un atout. Il montre en effet mon sérieux, ma stabilité et mon engagement. Je pense également que mon projet a plu. Lorsque j’ai rencontré Foncia, j’avais un emplacement, un projet de développement à 5 ans chiffré, avec les besoins de financement associés et les ressources disponibles.

Quotidien du franchisé

Comment avez-vous appliqué le savoir-faire de l’enseigne ?

J’ai suivi une formation initiale de trois semaines au siège du Groupe FONCIA. Nous avions également la possibilité de faire une immersion en agence. Personnellement, je n’ai pas choisi cette option. Nous avons des manuels de référence très précis auxquels nous nous reportons. Toutes les questions, tous les domaines sont traités. Un animateur nous assiste en agence. Nous bénéficions d’une assistance téléphonique. En un mot, les franchisés bénéficient d’une véritable présence du franchiseur. Enfin, nous avons des séminaires de travail très régulièrement.


Bénéfices et contraintes de votre nouvelle vie de franchisé ?

J’ai ouvert en pleine période de crise du secteur immobilier. Et pourtant, depuis le début, je suis en progression régulière. Cela signifie pour moi qu’en suivant les méthodes de travail Foncia, j’ai réussi. Un client qui entre dans mon agence, d’où qu’il vienne, retrouvera le même accueil, le même sérieux que partout en France. Pour moi, il est essentiel d’intégrer les méthodes du franchiseur et non seulement de se contenter d’apposer l’enseigne sur la devanture de son agence. Aujourd’hui, j’ai quatre collaborateurs. J’espère en embaucher un cinquième cette année. Et à moyen terme d’ici deux ou trois ans, je souhaite ouvrir une autre agence.

Dernières actualités