Franchise gestion : FIP PATRIMOINE réagit face à la crise

2009-07-23T02:51:00+02:00

23.07.2009, 


imprimer

FIP Patrimoine, franchise de Conseillers en Gestion de Patrimoine Indépendants (CGPI), subit, comme tous, les effets de la conjoncture économique. L’enseigne doit également faire face à la rechute de la maladie de son dirigeant-fondateur, Jacques Bouhana.
Pour pallier ce double effet de crise, FIP Patrimoine met en place plusieurs réponses. Jacques Bouhana confie les fonctions les plus larges à Claude Benchetrit, directeur général délégué qui pourra s’appuyer sur un comité de cinq franchisés. De plus, le renforcement régulier des outils et services destinés aux franchisés a nécessité un ajustement des conditions de rémunération versée au franchiseur. Deux niveaux d’accompagnement ont été mis en place, et 70 % des adhérents ont choisi l’option permettant un appui important de la tête de réseau en contrepartie d’une redevance plus forte. Au début du mois, plusieurs franchisés FIP Patrimoine ont annoncé leur volonté de créer une holding afin de s’impliquer davantage dans le réseau, en augmentant le capital de l’enseigne.
FIP Patrimoine élargit sa gamme avec les services et produits de protection sociale développés dans le cadre de sa seconde franchise, créée il y a trois ans, FIP Social. Celle-ci avait pour ambition de créer un nouveau métier : les CPSI (Conseillers en Protection Sociale Indépendants), calqué sur les CGPI dans le domaine de la protection sociale. Face à la conjoncture défavorable et l’évolution des CGPI dans ce domaine, FIP Patrimoine met en veille le développement de FIP Social et étend cette activité à ses franchisés CGPI. Enfin, l’enseigne poursuit son développement auprès de trois cibles :

- Les professionnels de la banque/assurance souhaitant s’installer et auxquels le nouveau modèle est applicable, avec le choix d’un apport en capital de 10 à 15 % de la part du franchiseur ;

- Les CGPI déjà installés et souhaitant rejoindre un réseau ;
- Les experts-comptables souhaitant présenter à leurs clients une offre en gestion de patrimoine sous la forme d’une activité satellite à leur cabinet.

Pour ces deux dernières catégories, FIP Patrimoine n’entre plus au capital de la société franchisée : les intéressés possédant déjà une clientèle acquise, la participation capitalistique du franchiseur n’est pas nécessaire.
 

Dernières actualités