Les Entretiens de la Franchise : les réseaux face à la crise

2010-11-09T09:21:00+02:00

09.11.2010, 


imprimer

Le 3 novembre dernier, la Fédération Française de la Franchise a tenu ses Entretiens de la Franchise. Depuis 1997, ces journées sont l’occasion de rassembler franchiseurs, franchisés, experts et universitaires. A travers des débats, alimentés par une étude universitaire, les participants de la 12e édition des Entretiens de la Franchise ont planché sur l’influence de la crise dans les réseaux de franchise.


Crise et franchise

Au cours d’une table ronde analysant la conjoncture économique actuelle, Alain Tourdjman, le directeur des études veille et prospective du groupe BPCE, a souligné que les petites entreprises françaises sont solides mais il prévient également de certains dangers : « avec la crise, les PME françaises ont ralenti leurs investissements. Elles sont donc moins préparées aux changements à venir des modes de consommation et à faire face aux rebonds de la croissance. » Mais le propre de la crise est de changer la donne économique, ouvrant sur de nouvelles opportunités. Jean-Christophe Sozza, responsable Franchise et Commerce Associé à la BPCE, observe, lui, un nouveau dynamisme dans la franchise : « cette période de crise a vu l’apparition de nombreux jeunes réseaux qui répondent à de nouvelles habitudes de consommation. On observe que certains réseaux plus anciens ont adapté leur business model et que d’autres petits réseaux ont connu une forte vitalité. »


La réactivité au cœur des réseaux de franchise

Selon l’étude réalisée cette année par une équipe de chercheurs sur la capacité de réactivité des réseaux de franchise en contexte de crise, 47 % des franchisés se disent peu ou pas atteints par la crise. L’appartenance à un réseau de franchise « protégerait le commerçant des effets les plus brutaux de la crise. Les aides et l’assistance du franchiseur, mais aussi ses compétences (notamment dans le management du réseau et le marketing-vente) permettraient aux points de vente franchisés de mieux traverser les crises économiques » détaille Carole Poirel, Maître de Conférences à l’Université de la Méditerranée. « La réactivité fait en quelque sorte partie du contrat moral non formalisé entre franchisés et franchiseur. Elle s’exprime par le changement, la vitesse, l’efficacité, mais elle implique également que les décisions prises sont réversibles, afin de s’adapter au mieux à tout changement. » L’étude pointe l’importance de la communication dans la perception que les franchisés ont de la réactivité de leur franchiseur et rappelle que l’échange est à la base de la franchise. En effet, si les décisions reviennent au franchiseur, il est néanmoins nécessaire de convaincre les franchisés du bien-fondé des directives afin qu’elles soient plus rapidement appliquées. Les chercheurs ont également décrit les outils pouvant être mis en place par les réseaux pour améliorer la communication au sein de l’enseigne : l’instauration d’un outil de partage des informations (tableaux de bord), une plateforme d’échange (réseau social interne, forum, questions-réponses, newsletters, intranet), un observatoire des initiatives et des commissions…

Dernières actualités