Publi-interview franchisé

G. Grondein (FCA) : « Je voulais accéder à un savoir-faire technique »

2011-01-24T08:57:00+02:00

24.01.2011, 


imprimer

Professionnel depuis 22 ans de la rénovation thermique, Gilbert Grondein, 52 ans, s’est tourné vers l’isolation extérieure en intégrant, en septembre 2010, le réseau FCA. Son agence, implantée en Gironde, a réalisé 200 000 euros de chiffre d’affaires dès le premier trimestre.

Gilbert Grondein
Crédits photo : DR
Gilbert Grondein, franchisé FCA

Construction du projet

Ce qui vous a motivé à devenir créateur d’entreprise ?

J’ai lancé ma première entreprise en 1988, avec ma femme, pour commercialiser des adoucisseurs d’eau. Je voulais relever un challenge personnel, créer et faire grandir ma propre société. Je n’aime pas dépendre d’une hiérarchie. Sept ans plus tard, nous nous sommes spécialisés dans la rénovation thermique en proposant aux clients des pompes à chaleur. La zone de chalandise s’est étendue à 22 départements et les effectifs ont atteint 35 salariés, dont vingt agents commerciaux. C’était très lourd à gérer. J’ai souhaité diriger une structure plus petite, ne couvrant que le département de la Gironde.


Pourquoi avoir créé en franchise ?

J’ai mis 22 ans pour développer ma première entreprise. Pas question de repartir à zéro. Je voulais accéder à un savoir-faire technique. Et dans une franchise, les produits sont négociés, les prix calculés, les démarches auprès des assurances facilitées. Bref, l’activité démarre beaucoup plus vite.

Choix de l’enseigne

Ce qui vous a séduit chez le franchiseur ?

Ma femme et moi nous sommes penchés sur la question de l’isolation extérieure lorsque nous avons projeté de construire notre maison. Ce secteur d’activité nous a semblé intéressant et porteur. En effet, le Grenelle de l’environnement a introduit un changement de réglementation de l’isolation thermique qui prendra effet l’an prochain. Il y aura des parts de marché à prendre. J’ai fait des études de marché et mené des recherches sur internet. FCA est la seule entreprise à proposer une offre globale. Par ailleurs, je me suis tourné vers ce réseau car la cible client est la même que celle de ma première entreprise : le propriétaire de maison individuelle.


Comment avez-vous convaincu le franchiseur ?

Mon parcours l’a beaucoup intéressé. Issu du secteur de la rénovation de la maison individuelle, je suis capable de mettre rapidement en place une équipe de commerciaux. Spécialiste de la vente directe, je sais démarcher les clients. Je sais comment fonctionnent les entreprises de financement comme Sofinco ou Domofinance. Sans compter ma connaissance du terrain en Gironde.

Quotidien du franchisé

Comment avez-vous appliqué le savoir-faire de l’enseigne ?

J’ai suivi une formation par intermittence pendant quatre mois. D’abord des cours théoriques sur la sécurité, la comptabilité et le droit à Bourges. Puis la pratique dans des agences à Paris. J’ai accompagné sur le terrain un conducteur de travaux, un commercial. Je suis même resté toute une journée sur les échafaudages ! Une formation très complète.


Bénéfices et contraintes de votre nouvelle vie de franchisé ?

Au début, il faut être partout, mettre en place une équipe. Nous avons démarré très fort dès septembre dernier. La première pose a eu lieu en octobre. Sur la période septembre – décembre 2010, nous avons réalisé 200 000 € de chiffre d’affaires. Nous avons beaucoup d’échanges avec mes collègues d’Amiens et de Nice. Nous sommes les trois premiers franchisés de l’enseigne. Les dirigeants des agences d’Ile-de-France sont très à l’écoute. Nous sommes traités aux petits oignons car nous avons la chance d’être les premiers !

Dernières actualités