Publi-interview franchisé

D. Brouard (FCA) : « J’ai enfin pu faire les choses à ma manière »

2011-12-29T09:18:00+02:00

29.12.2011, 


imprimer

A 43 ans, David Brouard a fait le choix de quitter le statut de salarié pour devenir entrepreneur. Afin de bénéficier du savoir-faire d’un réseau établi, il s’est tourné vers FCA, spécialiste de la rénovation thermique de l’habitat, et a ainsi donné un nouvel élan à sa carrière professionnelle en s’installant en tant que franchisé à Bouguenais, près de Nantes.

David Brouard
Crédits photo : DR
David Brouard, franchisé à Bouguenais (44).

Construction du projet

Ce qui vous a motivé à devenir créateur d’entreprise ?

Cela faisait un moment déjà que je pensais devenir créateur d’entreprise. Je suis quelqu’un d’autonome et je suis également un bâtisseur, qui aime participer à des projets et les mener à leur terme. En tant que salarié, au sein d’une entreprise, j’avais constaté, lors de mes précédentes expériences dans le bâtiment, que je ne pouvais pas tout maîtriser, faute d’autonomie. En devenant entrepreneur, j’ai pu enfin faire les choses à ma manière.


Pourquoi avoir créé en franchise ?

Dès que j’ai su que j’allais quitter ma précédente entreprise, j’ai réfléchi à la suite à donner à ma carrière : continuer à subir les inconvénients de l’entreprise en tant que salarié ou voler de mes propres ailes. J’ai pensé reprendre une entreprise, mais les coûts étaient trop importants et parfois le passif problématique. Créer ex-nihilo me paraissait complexe, car il fallait avoir des compétences en gestion et développer des atouts commerciaux qui ne m’étaient pas familiers. Au sein d’un réseau, je pouvais être soutenu sur ces derniers points et compléter avec mes compétences.

Choix de l’enseigne

Ce qui vous a séduit chez le franchiseur ?

J’ai rencontré Bertrand Demenois, le PDG de FCA, le 16 décembre 2010 lors d’une convention de son réseau. J’ai trouvé la journée intéressante et passionnante, tant sur les produits et sur les évolutions de notre métier que sur les partenariats. J’ai eu le sentiment qu’il y avait beaucoup de fond. Ce qui était très important à mes yeux, car je n’aurai pas réussi à vendre des produits et services sans qualité.


Comment avez-vous convaincu le franchiseur ?

Bertrand Demenois, dont le réseau date de 2009, cherchait de nouveaux franchisés et je lui ai manifesté  mon intérêt. Nous nous sommes bien compris rapidement. Mon profil, mon discours, mon sérieux et mon assiduité lui ont plu. Nous avons convenu assez vite que nous étions complémentaires et que nous pouvions bien travailler ensemble.

Quotidien du franchisé

En quoi le savoir-faire de l’enseigne vous aide-t-il au quotidien ?

La franchise FCA nous apporte des outils de communication comme des plaquettes, des prospectus, un site Internet, des documents d’information très complets sur notre réseau, nos produits, nos certifications, etc. Tout cela nous permet de proposer une image rassurante de professionnalisme auprès de nos clients potentiels. De plus, en 25 ans, Bertrand Demenois a su trouver des partenaires solides et des produits à sa marque, qui font de FCA un concept global cohérent. Et nous bénéficions tous de cela.


Bénéfices et contraintes de votre nouvelle vie de franchisé ?

Grâce à ce statut de franchisé, j’ai pu être opérationnel très rapidement et commencer à réaliser du chiffre d’affaires sans attendre des mois. J’ai déjà deux collaborateurs et il est prévu qu’une assistante nous rejoigne bientôt. Pour nous tous, des formations, des séminaires, des conventions sont organisés régulièrement. Ainsi, bien que nous soyons des entreprises indépendantes, nous sommes également un réseau d’envergure et nous pouvons profiter de l’expérience des autres structures. La seule contrainte, c’est bien sûr le coût financier, mais les nombreux avantages font pencher la balance du bon côté.

Dernières actualités