Publi-interview franchisé

J.-P. Doussard (Expense Reduction Analysts) : « Grâce à l’enseigne, je conjugue liberté de développement et gains intellectuels et pécuniaires »

31.07.2012, Interview de la rédaction relue par l'enseigne

imprimer

Implanté à Paris 15ème depuis septembre 2008, Jean-Philippe Doussard développe sa clientèle et exerce en qualité de gestionnaire de projets en Ile-de-France au sein de la franchise Expense Reduction Analysts.

Jean-Philippe Doussard
Crédits photo : DR
Jean-Philippe Doussard, franchisé à Paris (75)

Construction du projet

Ce qui vous a motivé à devenir créateur d’entreprise ?

Diplômé d’une école de commerce parisienne, j’ai débuté ma vie professionnelle, après l’armée, en qualité d’attaché commercial auprès d’une agence de communication. J’ai ensuite évolué durant dix ans au sein d’une importante imprimerie, depuis la fonction de cadre commercial jusqu’à celle de directeur commercial. J’ai ainsi été en charge de dix commerciaux salariés seniors au cours des quatre années qui ont précédé mon départ. J’étais alors en désaccord avec la direction sur la stratégie de l’entreprise. En 2008, le marché de l’imprimerie était difficile, pour nous comme pour les concurrents. Depuis plusieurs années, je me disais que, si le statut salarié me déplaisait un jour, je monterais ma propre entreprise. J’ai alors souhaité m’associer avec un ami, qui dirigeait un bureau de fabrication. Il s’agissait d’une structure positionnée en tant qu’expert de la chaine des métiers de l’imprimerie et intermédiaire commercial entre les différents prestataires et les clients annonceurs, dans une optique d’optimisation des investissements et des coûts. Je me serais alors occupé, avec une équipe de commerciaux, du développement de son activité. Mais ce projet n’a pas vu le jour. Peu de temps après, au cours d’une visite au Salon des Entrepreneurs, j’ai découvert la franchise Expense Reduction Analysts, qui m’est apparue telle une évidence. Plutôt que d’être, en tant que bureau de fabrication, un simple intermédiaire fournisseur de solutions, il était plus séduisant d’adopter un business model d’accompagnateur des entreprises, et ainsi de susciter le changement dans leurs comportements d’achat et de consommation.


Pourquoi avoir créé en franchise ?

Je suis un indépendant, mais pas un solitaire. Les risques en création d’entreprise sont importants, et je préférais être accompagné pour me lancer. La franchise comporte un coût, mais permet de bénéficier de leviers. Sans le savoir-faire de l’enseigne, j’aurais mis trois ans – et non un an et demi – à apprendre un nouveau métier, sans même être certain de réussir. Tout simplement, j’avais parfaitement identifié mes attentes, et la franchise Expense Reduction Analysts constituait LA solution, et me permettait d’éviter l’isolement du créateur indépendant.

Choix de l’enseigne

Ce qui vous a séduit chez le franchiseur ?

Je dirais que la première personne que j’ai rencontrée m’a bien vendu le projet ! En outre, l’appartenance de l’enseigne à un réseau international me convenait tout à fait, car je considère que la culture anglo-saxonne est empreinte d’ouverture d’esprit, et favorise l’utilisation transversale des compétences. L’enseigne proposait un business model original, sur un marché avant-gardiste, et porteur quelle que soit la conjoncture. Enfin, j’éprouvais le sentiment d’être face à une organisation à la fois structurée et transparente. Au fil de la démarche d’interconnaissance, j’ai été impressionné par la richesse d’esprit, doublée de pragmatisme, de certaines personnalités dirigeantes. D’ailleurs, par la suite, j’ai réellement accédé à une autre dimension intellectuelle.


Comment avez-vous convaincu le franchiseur ?

Ma double expérience de commercial et de manager plaidait en ma faveur. A l’époque, l’enseigne recherchait également un expert dans le domaine de l’imprimerie. Il est possible d’intégrer Expense Reduction Analysts avec une orientation de développement de clientèle, de direction de projet, ou avec celle d’expert. Or, je disposais de deux des trois dimensions, et naturellement de l’apport financier de départ.

Dernières actualités